La vague des nouveaux produits connectés ouvre de belles perspectives au PME sur le marché des biens techniques, de quoi réjouir les acteurs tricolores ! Et pour cause, l’argument du connecté est bel et bien un vecteur de croissance pour le secteur domestique.

Rien que sur le marché de l’équipement de la maison (hors écran smartphone/tablette/PC), estimé à 13,4 Mds€ en 2014 en progression de +2%, les objets connectés ont généré 2,9 Mds€, en croissance de +16%.
 

Pour autant, sur le marché de la maison intelligente segmenté en 5 catégories (confort, éclairage, énergie, sécurité, électronique de loisirs), la majorité du CA des objets connectés a été réalisée par les produits d’électronique de loisirs, avec 2,8 Mds€*. La marge de progression est donc considérable.

Un cercle vertueux

«Plus qu’une réponse individuelle à des besoins spécifiques, la multiplication des objets connectés permet des effets combinatoires parfois inattendus : plus je dispose de produits connectés à la maison, plus ils me rendent des services. Un cercle vertueux est donc en marche. En 2020, il y aura plus de 30 objets connectés par foyer. Il devrait donc se vendre d’ici là 2 milliards d’objets connectés en France», explique François Klipfel, DG chez GFK Consumer Choices France.

Les dernières annonces du CES

de Las Vegas (en janvier dernier) laissent penser que 2015 sera l’année de démocratisation de la maison intelligente. Une bonne nouvelle à laquelle croient dur comme fer les PME françaises positionnées sur ce secteur : Somfy, Avidsen, MyFox, Withings ou encore Archos…

Leurs nouvelles box domotiques, serrures et autres nouveaux produits d’électroménager connectés sont prêts à inonder les marchés. Optimistes, les analystes prévoient une croissance forte des ventes de produits connectés pour la maison, avec un CA attendu de 3,2 Mds€.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Tapez votre commentaire
Entrez votre nom ici