La crise sanitaire que traverse notre pays a déclenché des remises en question de nos modes de vies. Chacun a pris conscience de l’efficacité du télétravail, de la nécessité des téléconsultations médicales dans certaines régions, ainsi que de l’urgence à transformer nos modes de consommation.

Les professionnels de l’immobilier constatent les envies de changement de nombreux Franciliens. Près d’un million ont quitté Paris et sa région proche pendant la période de confinement. Certains se sont installés dans leur résidence secondaire, d’autres ont rejoint leur famille. Mais à l’arrivée, beaucoup de Français ont manifesté le souhait d’adapter leurs modes de vie à leurs nouveaux besoins. Vivre dans une maison plutôt que dans un appartement. Vivre proche de son travail. Vivre entouré de verdure et éduquer ses enfants dans un cadre plus paisible.

Pour Eric Nessler qui dirige le cabinet Nicolas à Ivry-sur-Seine, créé il y a plus de 60 ans, « avant, nombreux étaient les clients qui ne voulaient pas entendre parler d’un rez-de-chaussée avec jardin. Aujourd’hui, ce type de biens n’est plus écarté et suscite même de l’intérêt. »

C’est un mouvement qu’on observe depuis plusieurs années et qui s’est intensifié avec la Covid-19. Eric Nessler constate que, dans le Val de Marne, si la tendance s’est accrue ces derniers jours, elle existe depuis déjà quelques temps. Ainsi son cabinet a constaté sur les villes d’Ivry-sur-Seine, Vitry-sur-Seine et Villejuif une hausse des ventes de maisons, appartements avec terrasse ou rez-de-jardin depuis quelques années. Ceux-ci représentaient 10 à 15% des ventes en 2018, 30% en 2019 et pratiquement 40% en 2020, même si les ventes depuis le début de l’année ont été impactées par la crise. Récemment, son cabinet a par exemple vendu une maison en copropriété de 90 m2 avec un jardin de 180 m2 à Ivry-sur-Seine pour 426 000 euros. 

Pour Michel Platero, Président de la FNAIM du Grand Paris, la solution pour les Parisiens doit venir du Grand Paris qui est vaste et divers. « Vous pouvez conserver votre emploi et votre niveau de vie, tout en modifiant votre quotidien » précise-t-il. Le Grand Paris vit des transformations majeures, notamment en termes de mobilité. Le Grand express permettra à tous les habitants de banlieues de pouvoir vivre à moins de 30 minutes de leur lieu de travail. Pour le même montant qu’un appartement, il sera possible de vivre dans un pavillon avec un jardin et d’élever ses enfants entourés de verdure. Le rythme de vie sera transformé.

Et Michel Platero de conclure : « Et pour tous ceux qui souhaitent, et ils sont très nombreux, continuer à vivre dans cette somptueuse ville Monde, La FNAIM du Grand Paris, s’engage à vous accompagner dans vos recherches pour trouver les biens les plus adaptés, au bon prix et en toute sécurité ».

LAISSER UN COMMENTAIRE

Tapez votre commentaire
Entrez votre nom ici

17 − quatorze =