La Direction générale de l’armement (DGA) a demandé au fabricant français Parrot de lui fournir des micro-drones.

« Ne faites pas confiance aux drones chinois » : cette petite phrase d’Henri Seydoux, PDG de Parrot, prononcée lors du lancement d’un nouveau drone professionnel, l’Anafi-USA, semble avoir été entendue par l’armée française.
La Direction générale de l’armement (DGA) vient de commander la fourniture de micro-drones pour les cinq ans à venir. Ils seront destinés à équiper les trois corps de l’armée française : Marine (84 drones), Air (36 drones) et Terre (180 appareils).

L’Anafi-USA militaire est un drone d’environ 500 grammes, d’une vingtaine de centimètres d’envergure et comportant une caméra thermique. Il peut voler de jour comme de nuit, et détecter une cible humaine jusqu’à 2 km. Il est également très silencieux et inaudible à 130 mètres de distance.

Ces drones seront affectés exclusivement à des missions de reconnaissance et de renseignements.

Plusieurs centaines de drones Anafi-USA

Un drone Anafi-USA coûte actuellement au minimum 14 000 € (beaucoup plus avec les équipements complémentaires). La commande totale sur cinq ans est estimée à plus de 30 M€, une aubaine pour la marque française qui était au bord du gouffre il n’y pas si longtemps…


 « Nous sommes très fiers d’avoir gagné cet appel d’offre de la DGA et de continuer à travailler sur de nouvelles opportunités avec les États-Unis, explique Henri Seydoux le PDG de Parrot. C’est le fruit du travail minutieux accompli par nos équipes en France depuis plus de 2 ans, et celui de 10 ans d’expertises. »

LAISSER UN COMMENTAIRE

Tapez votre commentaire
Entrez votre nom ici

2 × 1 =