Montpellier et Nîmes rivalisent de dynamisme et offrent un marché de l’immobilier attractif. Explications.

« Montpellier surdouée», s’exclame Bruno Zermati, directeur de l’Immobilière Foch Sotheby’s International Realty à Montpellier. L’expert ne tarit pas d’éloges sur sa ville !

« Montpellier est unique, avec de grandes ambitions. Excepté en 2008, le marché a très bien résisté grâce au dynamisme de la ville». Et, cette année, tous les indicateurs sont au vert. « Nous avons la chance d’avoir le front de mer à proximité, ce qui représente un véritable atout», rappellet- il.

Prix abordables et bonnes affaires

Un dynamisme renforcé par un marché plutôt accessible pour une ville bordée par la Méditerranée. « Les Arceaux, Boutonnet et Beaux-Arts sont des quartiers prisés qui ne connaissent pas la crise», dévoile Bruno Zermati. Le quartier ancien et piéton du centre-ville de Montpellier, l’Écusson, attire également beaucoup, les Parisiens mais également les retraités vendent leur villa pour s’installer dans ces petites rues piétonnes.

« Un bel appartement dans le quartier de l’Écusson s’affiche à 3.000 € /m2. Mais les prix peuvent vite grimper en fonction du bien ! Nous avons ainsi vendu 180 m2 pour 900.000 €  sur la place de la Canourgue, 300 m2 avec terrasse de 50 m2 et vue sur le jardin du Peyrou pour 1,3 M€». Les quartiers huppés des Arceaux, Boutonnet et Beaux-Arts s’affichent également à 3.000 €/m2. « Et même à 4.000-5.000 € /m2 pour du neuf ou des biens d’exception. Nous avons ainsi vendu aux Arceaux un hôtel particulier de 350 m2 avec jardin et piscine à 1,7 M€».

L’expert indique également qu’il existe « des biens plus accessibles dans des quartiers plus excentrés», où le prix moyen tourne autour de 2.500 €/m2. Bruno Zermati invite les acquéreurs à  rechercher les bonnes affaires dans les quartiers des Beaux- Arts, où «il y a beaucoup d’offres d’appartements, notamment », et de l’Écusson, où «un appartement à rénover peut facilement descendre à 2.500 €/m2. Ce type de bien se revend aisément s’il est bien placé. Par exemple, un 190 mÇ, au 1er étage, à rafraîchir se vend à 450.000 € dans l’Écusson. Il y a donc de belles opportunités à saisir ».

Folies architecturales du neuf  

Autre atout, le nombre de programmes neufs sur Montpellier. «L’Arbre Blanc, par exemple, est un programme neuf emblématique du nouveau quartier de Port Marianne, imaginé par des architectes d’exception. 60% du programme est déjà réservé ! Le prix moyen y est de 5.000-6.000 €/m2 ».

L’Arbre Blanc est présenté comme une «rencontre entre le Japon et la Méditerranée» : «Cette hybridation des cultures est aussi un croisement entre deux générations d’architectes : une génération au sommet de son art, avec le Japonais Sou Fujimoto, et une jeune génération française incarnée par Manal Rachdi Oxo Architects et Nicolas Laisné Associés », précise Oxo Architects. Cette tour mixte (logements, restaurants, bureaux, galeries d’art…) de 17 étages, qui sortira de terre fin 2017, est l’un des projets issus du programme «Folies architecturales » de Montpellier (une dizaine de chefs-d’oeuvre de l’architecture étaient prévus mais seuls deux verront le jour).

Le neuf est également très porteur pour les marchés de la location et de la location saisonnière. «Montpellier reste une place forte et sécurisante de la location : c’est une ville touristique l’été mais aussi une ville étudiante toute l’année », insiste Bruno Zermati. Les 70.000 étudiants montpelliérains représentent en effet 25% de la population de la ville, 2ème  au palmarès annuel des villes étudiantes de France, derrière Toulouse.

Force culturelle et bon vin  

«Nous avons également la chance d’avoir un équipement culturel et sportif impressionnant par rapport à d’autres villes. Une vraie force culturelle », indique l’expert, ce qui explique la ruée vers ce chef-lieu de l’Hérault. «Et le littoral est évidemment très attractif, avec des plages privées qui ouvrent dès avril. Vous pouvez aller déjeuner sur la plage et être de retour au bureau à 14h, c’est royal ! », s’enthousiasme-til. Un atout incomparable qui est possible grâce au tramway, dont le design est signé Christian Lacroix, et dont le maillage dessert très bien la ville et les plages alentours.

En outre, Montpellier étant labellisé «French Tech», Bruno Zermati évoque des pôles médicaux et de recherche à la pointe. «Nous créons beaucoup d’emplois, notamment via le Business and Innovation Centre de Montpellier Méditerranée Métropole, nommé meilleur incubateur mondial », détaille-t-il. Enfin, au rayon des atouts, il ne faut pas négliger «un arrière-pays sauvage absolument magnifique et de très bons vins bio » ! Dynamique, bonne vivante, accessible et seule ville française au classement des «45 destinations à visiter dans le monde » du New York Times , Montpellier est une «surdouée» qui a encore du potentiel !

LAISSER UN COMMENTAIRE

Tapez votre commentaire
Entrez votre nom ici