Malgré la crise sanitaire et les inquiétudes qu’elle soulève, les chiffres montrent que le marché de l’épargne a continué à croitre en 2020. Du côté du placement immobilier, les SCPI ont su se montrer particulièrement résistantes en cette période de turbulences économiques.

Certains secteurs sur lesquelles elles se positionnent n’ont cependant pas été épargnés, notamment ceux de l’hôtellerie et des commerces. Dans ce contexte, la pierre-papier peut-elle être toujours considérée comme une solution d’épargne sûre en 2021 ?

La résilience des SCPI face à la crise

Pour rappel, la Société Civile de Placement Immobilier a pour but d’investir dans l’immobilier locatif, notamment l’immobilier tertiaire. Elle facilite l’accès à l’immobilier d’entreprise aux épargnants en leur vendant des parts de SCPI avec un ticket d’entrée relativement faible (moins de 1000€ pour certaines sociétés de gestion).

De leur côté, les porteurs de parts perçoivent, de façon régulière, des revenus locatifs sous forme de dividendes. Il faut toutefois préciser que même en choisissant les meilleures SCPI, tout placement immobilier doit s’envisager sur le long terme pour être véritablement rentable.

En pleine période de crise, les indicateurs des SCPI n’ont pas montré de tendances inquiétantes. Si elles ont suivi l’évolution des marchés et enregistré une baisse d’environ 40% dans la collecte, cela s’explique en majeure partie par la difficulté à souscrire à distance.

D’autant plus qu’en France, les SCPI ont choisi de montrer leur soutien à leurs locataires, notamment les entreprises en difficulté, en leur accordant des reports de loyers moyennant un allongement de la durée du bail.

En parallèle, le plan de relance économique et les dispositifs d’aide financières mises en place par le Gouvernement devrait contribuer à atténuer les effets de la crise sur les commerces, secteur sur lequel de nombreuses SCPI sont actuellement positionnées.

La pierre-papier a-t-elle encore du sens ?

Comme le montrent les chiffres, les SCPI continuent d’offrir un rendement intéressant malgré la crise sanitaire. En 2020, le taux de rendement moyen est estimé à 3,98% contre 4,40% en 2019, ce qui représente une baisse contenue.

Comme évoqué plus haut, certains secteurs ont été plus touchés que d’autres par les conséquences de la crise, c’est le cas notamment de l’hôtellerie. Se pose également la question du télétravail pour les SCPI de bureaux.

Une fois encore, les SCPI demeurent une excellente solution patrimoniale pour deux raisons : d’une part, le télétravail, qui va probablement s’inscrire comme une tendance durable dans les années à venir, ne pourra pas se substituer au lien social, socle indéfectible de toute culture d’entreprise.

Par ailleurs, le travail à distance représente un coût considérable pour l’entreprise qui doit fournir à ses salariés le matériel et les équipements adéquats. Il est donc plus probable que les entreprises s’adaptent en jonglant entre présentiel et télétravail voire continuent même de s’agrandir pour répondre à un besoin d’espace.

D’autre, part, il faut rappeler que le fonctionnement de la SCPI repose en grande partie sur la diversification, tant au niveau de la nature des biens que de leur localisation géographique. Aujourd’hui, un grand nombre de SCPI « diversifiées » possèdent des biens dans différents secteurs à travers la France et l’Europe.

Cette diversification permet donc de mutualiser les risques de l’immobilier tels que les loyers impayés. De fait, les SCPI spécialisées dans le secteur de la santé n’ont été que très peu touchées pendant la crise, tout comme celles spécialisées dans la logistique ou les bureaux.

Dans quelles SCPI investir en 2021 ?

Nous l’évoquions plus haut, les SCPI diversifiées ont l’avantage d’offrir sécurité, stabilité et rendement à leurs associés grâce au principe de mutualisation du risque. Pour preuve, certaines d’entre elles offrent un taux de rendement supérieur à 5% comme Epargne Pierre (5,85% /an).

Néanmoins, il est recommandé de vérifier un certain nombre d’indicateurs avant d’investir auprès de telle ou telle société de gestion, parmi lesquels le niveau de capitalisation et de diversification, toujours dans une optique de réduire au maximum les risques liés à l’immobilier.

Contrairement à ce que l’on pourrait penser, la période actuelle peut être synonyme d’opportunités pour investir en SCPI, le prix des parts pouvant être parfois très compétitif. De leur côté, les secteurs des commerces et des bureaux semblent avoir de beaux jours devant eux.

Pour cette année 2021, il est donc conseillé d’opter pour des SCPI diversifiées en n’excluant aucun secteur de son patrimoine.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Tapez votre commentaire
Entrez votre nom ici

dix-sept − dix =