iTalki est une marketplace ainsi qu’une communauté globale d’apprentissage de langues, qui met en relation plus de 10 millions d’étudiants avec des enseignants, par le biais de leçons individuelles en ligne, avec des locuteurs natifs et des enseignants certifiés de haute qualité. Rencontre avec Ana Aranguez Diez, responsable Europe du groupe.

Quel constat peut-on dresser sur la maîtrise de langues étrangères en France ?

Selon une récente enquête de la Commission européenne, l’anglais est la deuxième langue la plus populaire en France, parlée par 24,29 % de la population. Suivent l’espagnol, avec 9,06%, et l’allemand, avec 5,27%. Néanmoins, si nous regardons les statistiques concernant les Français de naissance qui parlent l’anglais comme deuxième langue, les chiffres changent : parmi les jeunes générations âgées de 15 à 34 ans, 31,87% parlent l’anglais, tandis que parmi les 35-54 ans, ce nombre diminue à 26% et, parmi les 55 ans et plus, seuls 12% sont familiers avec l’anglais.

Ces données montrent que la maîtrise des langues étrangères en France a une grande marge de progression, surtout dans les années à venir, avec les nouvelles générations. À cet égard, iTalki peut être un outil utile pour apprendre ou améliorer les langues étrangères : l’offre couvre plus de 150 langues, et il est facile de trouver un professeur de langue maternelle française ou parlant couramment le français, pour faciliter la communication avec les étudiants.

La maîtrise des langues étrangères par les collaborateurs a-t-elle un impact direct sur la compétitivité des entreprises ?

C’est certainement le cas, et c’est aussi quelque chose qui s’applique quel que soit le secteur. Les entreprises fonctionnent grâce à leurs clients, et le fait de pouvoir communiquer dans plusieurs langues augmente automatiquement la portée potentielle de toute stratégie d’entreprise, en la rendant disponible pour un plus grand nombre de clients.

Prenons l’exemple d’un cabinet d’avocats : les clients peuvent venir du monde entier, surtout les plus grands, et il est crucial de pouvoir communiquer avec eux sans problème, pour s’assurer que les clients sont satisfaits. Il en va de même pour un fabricant, qui souhaite exporter ses produits dans le monde entier, ou un consultant qui travaille en tant que freelance. Et nous pouvons continuer et mentionner n’importe quelle autre industrie, car aujourd’hui le monde est beaucoup plus connecté qu’il ne l’était dans le passé et les distances ne sont plus si longues.

Vous pouvez facilement trouver des affaires dans n’importe quel coin du monde, mais vous devez être capable de communiquer afin d’en tirer le meilleur parti. Dans cette optique, italki est un outil puissant à utiliser chaque fois que vous avez besoin d’optimiser vos compétences linguistiques : sur italki, vous pouvez rechercher le professeur qui répond le mieux à vos besoins : spécialiste en négociation, expert en affaires, traducteur, et bien d’autres profils spécifiques, avec une expérience directe dans de nombreux domaines différents, qui vous permettront de préparer toute réunion internationale, toute certification linguistique officielle ou toute présentation commerciale.

La maîtrise d’au moins une langue étrangère est-elle devenue un prérequis indispensable sur le marché de l’emploi ?

C’est un avantage, surtout pour ceux qui visent des carrières réussies au niveau des entreprises. Selon l’INSEE, près de la moitié (45%) des entreprises valorisent la maîtrise d’une ou plusieurs langues étrangères dans leur politique de recrutement. De plus, en tant que candidat, vous voulez sortir du lot et vous différencier, et parler plusieurs langues est définitivement un plus qui ne sera pas ignoré par le recruteur. Cela implique non seulement un salaire plus élevé (10%-15%), mais cela vous ouvre également le marché du travail, puisque vous pourrez postuler à davantage d’offres et d’emplois. En ce qui concerne les langues qui offrent le meilleur retour sur investissement, Marstranslations fournit quelques conseils à ce sujet : L’allemand, l’arabe, le néerlandais font partie du Top5 (avec le français et l’anglais), et chez italki nous constatons également une demande pour le japonais, le russe et le chinois.

Comment le digital a-t-il contribué à faciliter/démocratiser l’apprentissage de langues étrangères ?

Pendant la crise sanitaire, près de 800 000 enseignants et 12 millions d’élèves ont dû faire preuve d’adaptabilité afin d’assurer la continuité de l’enseignement. Le recours à la technologie rompt les barrières physiques, les élèves peuvent désormais apprendre de n’importe où et à n’importe quel moment, rendant l’immersion culturelle possible, malgré l’absence de présence physique là où la langue est parlée. C’est la base de la mission d’italki depuis le premier jour, lorsque nous avons commencé à offrir des cours de conversation en ligne, avec une flexibilité absolue en termes d’horaires et de prix.

La plateforme a ensuite évolué au fil du temps, en combinant la mise en réseau des enseignants et des étudiants avec des outils puissants qui dynamisent l’expérience d’apprentissage : la communauté, pour partager des expériences et des questions avec d’autres étudiants, le podcast, pour continuer à s’entraîner seul dans un moment de détente, et les récents ensembles de vocabulaire, pour aider les étudiants à acquérir plus de mots liés à leurs sujets les plus pertinents, pour n’en citer que quelques-uns.

En plus d’améliorer et de personnaliser l’expérience d’apprentissage et d’enseignement, les EdTech apparaissent désormais comme un complément à l’apprentissage traditionnel. Une étude PROFETIC a récemment révélé que 9 enseignants sur 10 reconnaissent les avantages pédagogiques de la technologie numérique et l’utilisent pour préparer leurs cours dans les écoles primaires. En simplifiant l’accès aux contenus pédagogiques à partir d’un simple smartphone par exemple, le secteur contribue à démocratiser l’éducation tout en l’adaptant à l’évolution des modes de vie, et notamment ceux des jeunes générations. L’EdTech ne doit donc pas être considérée comme un substitut à l’éducation traditionnelle mais comme un complément indispensable aux sociétés modernes.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Tapez votre commentaire
Entrez votre nom ici

4 + 19 =