Il l’a promis et il l’a réalisé. Voilà depuis plusieurs années que la Chine à travers le Parti communiste chinois courait dernière la réalisation de l’objectif d’une société modérément prospère.

Au cours du rassemblement célébrant le centenaire du PCC, ce jeudi, à Beijing, le président chinois Xi Jinping lui-même, qui est également le secrétaire général de ce parti désormais centenaire, a confirmé l’atteinte de cet objectif. Sans doute l’une de plus grandes victoires du PCC après celle obtenue il y a tout juste quelques mois, l’éradication de la pauvreté absolue. Cerise sur le gâteau, la Chine vient encore de recevoir de l’OMS, la certification de l’élimination du paludisme, comptant actuellement zéro cas sur son territoire.   

A Beijing, la joie était à son comble. Donnant le sens à la réalisation de cet objectif du centenaire, M. Xi a, dans son discours, expliqué « cela signifie que nous avons apporté une résolution historique au problème de la pauvreté absolue en Chine, et nous avançons désormais avec confiance vers l’objectif du deuxième centenaire, celui de faire de la Chine un grand pays socialiste moderne à tous égards ».

M. Xi a également souligné l’impérieuse nécessité de maintenir ferme la  direction du PCC. Cette direction, a-t-il poursuivi, est la marque essentielle du socialisme à la chinoise, le plus grand avantage du régime socialiste à la chinoise, la question de vie ou de mort pour le Parti et l’Etat, ainsi que la clé des intérêts et du destin de notre peuple multiethnique.

C’est pour cette raison que le secrétaire général du PCC a encore ajouté « toute tentative de séparer le Parti du peuple chinois, voire de les opposer l’un à l’autre, sera vouée à l’échec ».

Le peuple chinois ne saurait tolérer à aucune manière qu’une force étrangère le malmène, l’opprime ou l’asservisse, a martelé M. Xi. « Quiconque tentera d’agir ainsi se brisera sur la Grande Muraille d’airain que plus de 1,4 milliard de Chinois ont érigée avec leur chair et leur sang », avait-il averti, avant d’ajouter « Le peuple chinois n’a jamais malmené, opprimé, ni asservi d’autres peuples. Il ne l’a jamais fait et il ne le fera jamais ».

Après ce rappel historique, le président chinois a fait remarquer que son pays était toujours prêt à construire la paix mondiale, à contribuer au développement planétaire et à sauvegarder l’ordre international. Et il en a profité pour appeler aux efforts continus dans le but de promouvoir la construction d’une communauté de destin pour l’humanité.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Tapez votre commentaire
Entrez votre nom ici

2 + neuf =