Trois mois après sa mise en redressement judiciaire par le Tribunal de commerce de Lille, l’entreprise de prêt-à-porter a un repreneur : La Financière Immobilière Bordelaise, holding dirigée par l’entrepreneur Michel Ohayon.

C’est finalement l’offre de la Financière Immobilière Bordelaise (FIB), soutenue par la banque d’affaires Wingate et par le cabinet d’avocats Oplus, qui a été retenue. Une seule autre proposition était sur la table : celle conduite par l’actuel PDG de Camaïeu, Joannes Soenen, et plusieurs fonds (GoldenTree, CVC et Farallon) qui étaient déjà présents au capital.

Menée par Michel Ohayon, qui a construit un petit empire à cheval sur plusieurs secteurs (immobilier commercial, hôtellerie de luxe, vin), et Wilhelm Hubner, ex DG du Groupe Carrefour, l’offre de la FIB vise à la reprise de l’intégralité des 511 magasins de Camaïeu. Michel Ohayon (57 ans), président de la FIB, s’est engagé à reprendre 83 % des salariés, soit 2 649 sur les 3 174 que compte le groupe de prêt-à-porter féminin.

La Financière Immobilière Bordelaise : « Transformer en profondeur l’offre et le sourcing de la marque »

« Le groupe FIB, Financière Immobilière Bordelaise, est une holding patrimoniale d’investissement française spécialisée dans l’immobilier commercial depuis 1989, peut-on lire dans le communiqué de presse annonçant la décision. Tourné vers un Retail moderne, digital et interactif, le groupe a fortement diversifié ses investissements ces dernières années en étant présent dans les principales villes françaises par le biais de galeries commerciales notamment. »

En 2018, la FIB a fortement investi dans le retail en achetant une vingtaine de magasins Galeries Lafayette et d’autres appartenant au groupe Ludendo (La Grande Récré). L’ambition de la Financière Immobilière Bordelaise est de « transformer en profondeur l’offre et le sourcing de la marque tout en s’appuyant sur des compétences solides à commencer par Wilhelm Hubner qui sera le CEO du Groupe qui œuvrera en étroite collaboration avec les équipes Camaïeu dont certains manageurs historiques clés qui avait apporté leur soutien à la FIB depuis la présentation de sa candidature ».

LAISSER UN COMMENTAIRE

Tapez votre commentaire
Entrez votre nom ici

9 − cinq =