Cette jeune pousse est française et elle propose une livraison en 15 minutes. Le 4 février l’entreprise Cajoo a investi Paris en proposant des livraisons ultra rapides entre 7h30 du matin et jusqu’à minuit. Déjà leader en France, Cajoo vise la première place en Europe d’ici 2022.

Depuis, la guerre de la livraison est entrée dans une course aux records. « C’est un nouveau service de livraison d’urgence, de commandes non planifiées ou de dépannage. Mais qui s’inscrit aussi dans une nouvelle habitude de consommation à la demande », déclare Henri Capoul, son président, ancien directeur chez Bolt (une application qui offre la possibilité de commander un chauffeur à partir de son smartphone).

Un développement fulgurant

En l’espace de quelques mois, Cajoo s’est imposé comme un leader du marché, avec l’ouverture de la livraison rapide sur les villes de Lille, Bordeaux, Toulouse, Lyon, Montpellier, Nice, Neuilly sur Seine, Boulogne et désormais Levallois. Henri Capoul, envisage d’ouvrir d’ici la fin de l’année 2021, dans plus de 50 villes françaises.

Plus de 100 000 utilisateurs

Plus de 2 000 références et près de 500 marques sont proposées, c’est plus de 100 000 utilisateurs déjà conquis. Le tarif est aussi très alléchant, avec en moyenne, un prix de livraison de 1,95 € et même gratuit à partir de 40 € d’achat.

Une concurrence redoutable

Le créneau est surchargé, avec de nombreux concurrents, entre les Allemands Gorillas et Flink ou Dija, entreprise Anglaise. Le français Cajoo, se démarque en proposant essentiellement des marques françaises, originales et confidentielles, ce qui séduit beaucoup les utilisateurs. Cajoo propose également des contrats de salariés aux livreurs…ce qui n’est pas le cas chez de nombreux concurrents !

C’était une volonté d’Henri Capoul (Centrale Supelec puis un Master en Management ESCP Business School en 2016) et de ses associés, Guillaume Luscan (il a suivi la même filière qu’Henri et possède aussi un Master de Science, Ecole Centrale Paris) et Jérémy Gotteland École polytechnique de Lausanne et National University de Singapour), de favoriser et de soutenir la filière française, pari réussi pour ses jeunes diplômés.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Tapez votre commentaire
Entrez votre nom ici

17 − 10 =