Hervé Morin, président du conseil régional de Normandie (Pool/ABACA)

Notre article Et si on demandait à l’État et aux collectivités publiques de soutenir la vente des produits français ? ne laisse personne indifférent. Hervé Morin, le président du conseil régional de Normandie, a écrit à Entreprendre pour rappeler ses efforts en faveur du made in France

J’ai pris connaissance au travers de la presse, de votre article intitulé « Et si on demandait à L’Etat et aux collectivités publiques de soutenir la vente des produits français » publié sur le site entreprendre.fr et traitant du rôle que les collectivités locales devraient jouer dans la défense du « Made In France »

Je tenais à vous adresser ce présent courrier afin de vous rappeler à quel point, sur ce sujet, la région Normandie est exemplaire !

Dès les premiers jours de la réunification de la Normandie, j’ai tenu à ce qu’une véritable démarche d’attractivité régionale soit amorcée. C’est ainsi que s’est créé la marque Normandie, ayant pour objectif de consolider le tissu économique, entrepreneurial, artisanal régional et de soutenir la production normande. Portée par l’agence Normandie Attractivité qui travaille avec l’Agence de Développement de la Normandie et le Comité régional de tourisme, notre volonté est de faire rayonner l’excellence normande en France et à l’étranger. Aujourd’hui, c’est près de 700 entreprises qui ont adopté la marque Normandie depuis 2017.

Chef de file en matière de développement économique, je veux également vous rappeler que la région Normandie soutient massivement les entrepreneurs du territoire. Ainsi, depuis 2016, tous dispositifs confondus, plus de 10 000 projets d’entreprises ont été soutenus pour un montant total de plus de 345 millions d’euros d’aides.

Faisant écho à votre réflexion quant à la manière dont les collectivités pourraient défendre les produits français à travers les commandes publiques, il me semble opportun de vous informer, qu’ici, en Normandie, la « normandisation » de la commande publique est déjà une réalité. A titre d’exemple, 80% des achats de fournitures de la Région sont effectués auprès de fournisseurs normands depuis 2018. Dans le domaine du BTP, autre exemple que je souhaite vous présenter, en 2021, la Région a notifié 924 marchés de travaux, de maîtrise d’œuvre et autres services liés au bâtiment, dont 94% ont été attribués à des entreprises normandes.

Comme vous l’appelez de vos vœux au sein de votre article, nous veillons depuis 2015 à ce que les marchés de travaux contiennent toujours de nouvelles clauses visant à favoriser les commandes locales et à simplifier les procédures, à l’image de l’octroi d’une avance de 20 %, de la limitation de la sous-traitance ou encore de la mise en place d’une clause d’usage du français sur les chantiers.

Enfin, comme vous le préconisez dans votre article, j’ai lancé le programme régional « Je mange normand dans mon lycée », afin de valoriser l’agriculture normande, soutenir les filières de proximité et sensibiliser les acteurs de la restauration scolaire aux enjeux d’une alimentation utilisant en priorité des produits normands. L’objectif est simple : à terme, 80% des produits régionaux servis dans les assiettes des lycéens seront normands. Notre politique permet d’intégrer aussi bien les personnels des établissements, que les lycéens, les producteurs, les transformateurs et les grossistes dans cette démarche de consommation de produits normands.

Nonobstant, je me permettrais de compléter votre article en y ajoutant une réflexion personnelle qui, en Normandie, anime la politique de notre majorité régionale : celle consistant à faire la promotion auprès des normands de l’excellence normande. Je suis convaincu, cher  Monsieur Lafont, que si nous permettons aux français d’identifier les produits fabriqués sur le  territoire national et régional tout en valorisant les profils de nos chefs d’entreprises, artisans et producteurs, l’étendue des retombées pourrait être importante. Dans ma région, c’est dans cet objectif que je m’engage avec ferveur pour le développement et la sauvegarde de l’identité normande, afin de faire renaître « l’imaginaire normand », condition centrale pour que les habitants renouent en nombre avec la conscience de faire partie d’une communauté de destins, dotée de spécificités gastronomiques, artisanales… Mais aussi économiques.

Par cet encouragement à rebâtir cette conscience d’identité normande et face à la nécessité de valoriser les profils des chefs d’entreprises, artisans et producteurs pour offrir une meilleure identification des produits français/régionaux sur le marché et ainsi inciter nos concitoyens à acheter local, j’ai pris l’initiative il y a de cela trois ans, d’organiser « FENO », le Festival de l’Excellence Normande. Reposant sur notre volonté régionale de donner à voir aux normands ce que leur région invente, crée, produits des articles d’excellence et les diffuse à travers le monde entier, l’idée est d’inviter les Normands à identifier ces multiples talents et richesses régionales pour qu’ils en soient fiers et en deviennent les ambassadeurs. C’est au total plus de 350 exposants, 500 intervenants, artistes et ambassadeurs qui s’exposent chaque année dans les domaines variés où brille l’excellence de la Normandie : l’agroalimentaire, l’énergie, l’artisanat d’art et entreprises du patrimoine vivant, mode, cosmétique, numérique, édition, tourisme Je serai très heureux de vous y accueillir lors de l’inauguration de la prochaine édition se déroulant le 21 octobre 2022 au parc des expositions de Caen.

Voici, Monsieur Lafont, par ces quelques mots, les éléments que je souhaitais porter à votre connaissance concernant la mobilisation de la région Normandie pour soutenir les entrepreneurs normands.

Hervé Morin, Président du conseil régional de Normandie

LAISSER UN COMMENTAIRE

Tapez votre commentaire
Entrez votre nom ici

10 − cinq =