Par Yannick Boutot, membre du Parti Radical de Gauche – Le centre gauche / Communicant créatif

Les récentes sorties de la présidente de l’UNEF et d’Audrey Pulvar, candidate aux régionales en Ile-de-France, font craindre le pire aux républicains et droite et de gauche par rapport à une vision universaliste de la France. En République, dans la nôtre tout au moins, les hommes naissent libres et égaux en droits, peu importe la couleur de peau, les opinions religieuses et politiques.

Le but en écrivant cela n’est pas de nier les discriminations ou le racisme qui touchent certains de nos concitoyens, mais au contraire de réaffirmer que l’idéal républicain doit être défendu afin que chacun soit pleinement citoyen.

Les quotas, réunions genrées et autres gadgets inclusifs dans l’air du temps ne sont que des cataplasmes sur des maux réels. Mais un cataplasme n’a jamais soigné la racine du mal. Ce qu’il faut c’est au contraire lutter contre le racisme et favoriser la mixité sous toutes ses formes, ne pas fragmenter la société mais favoriser son unité.

Elisabeth Badinter et d’autres penseurs écrivaient « Personne, nulle part, ne défend la citoyenneté en baissant les bras avec bienveillance ». Si l’idéal républicain est un combat, il faut s’y atteler et non pas baisser les bras. Oui, il y a des discriminations, du racisme, mais ils ne sont pas le fait de la République ou de ses institutions.

Les tenants de solutions communautaristes prennent le problème par le petit bout de la lorgnette. Là où nous avons besoin d’universalisme, ceux-ci proposent le communautarisme. Cette solution du repli sur soi va à l’encontre des valeurs républicaines qui sont pour toutes et tous : Liberté, Egalité, Fraternité.

Yannick Boutot
Membre du Parti Radical de Gauche – Le centre gauche / Communicant créatif

LAISSER UN COMMENTAIRE

Tapez votre commentaire
Entrez votre nom ici

3 × 2 =