Par Alfonso Lopez de Castro, président de Financia Business School

Tribune. Si on entend énormément parler du Bitcoin, on entend de plus en plus parler de la Blockchain, la technologie qui permet l’existence du Bitcoin. On pourrait penser que cette technologie ne profite qu’aux initiés. Mais la Blockchain est en train de changer la vie de tout le monde, même de ceux qui n’ont pas un centième de Bitcoin en poche.

Pour rappel, une monnaie numérique, peut aussi bien revêtir les caractéristiques d’un titre financier, d’une devise ou encore d’un droit d’usage. À cet effet, le Bitcoin est souvent assimilé à une devise, sans pour autant être adossé au cours légal d’une monnaie émise par une banque centrale, a contrario des « stablecoin », qui reflètent la valeur de monnaies de type euros ou dollars.

En France, la société Napoleon Asset Management se démarque en lançant le premier fonds Bitcoin. L’objectif est de permettre aux épargnants de se diversifier sur un actif non-corrélé au système financier habituel entendu que le bitcoin présente un critère de rareté digitale basé sur un modèle déflationniste limité à un maximum de 21 millions d’unités divisibles. Sur les quelques 5 000 milliards d’euros d’encours financiers placés par les français, les gérants de fonds pourront désormais diversifier leur portefeuille en y introduisant du Bitcoin.

« Il est inévitable que les banques centrales commencent à émettre des monnaies numériques »

L’économie de la Blockchain est stimulée par d’importants projets à l’image du Libra de Facebook, une nouvelle monnaie d’usage à destination des quelques 2.4 milliards d’utilisateurs du réseau social. La FINMA, le régulateur européen, a d’ores et déjà laissé entendre son optimisme a contrario de la position du ministre de l’économie et des finances Bruno Le Maire qui y perçoit une substitution de souveraineté économique inacceptable. Ce dernier est davantage incitatif à la création d’une monnaie digitale européene émise par la BCE dans la dynamique du sénat français et de son homologue allemand Olaf Scholz. L’intérêt est grand, éviter la perte du pouvoir régalien qu’est le droit de battre monnaie.

À ce sujet, la banque centrale du Canada, la Réserve Fédérale américaine, la Banque des Règlements Internationaux, la Banque Nationale Suisse, ou encore la Banque Populaire de Chine souhaitent travailler sur des projets similaires de monnaies digitales centralisées. Le président de la Réserve Fédérale de Philadelphie, Patrick Harker, a déclaré qu’il était « inévitable que les banques centrales commencent à émettre des monnaies numériques ». Pour l’heure, les stablecoin permettent de financer des projets de levées de fonds en palliant à la volatilité des actifs de type Bitcoin ou Ethereum. Ils apportent rapidité, sécurité, simplicité, gratuité et permettent en France d’éviter la taxation qui se caractérise au moment de la vente d’un actif en monnaie fiduciaire.

Parmi les projets bancaires et Revolut, le leader de la néobanque crypto-friendly souhaite lancer une nouvelle levée de fonds de 1,5 milliards de dollars afin de financer son besoin en fonds de roulement et sa croissance in fine. Bpifrance investit d’ores actuellement dans des projets en lien avec la technologie Blockchain tel que ACINQ, BCDiploma et les plus grands cabinets d’avocats français, à l’image de CMS Francis Lefebvre accompagnent d’ores et déjà les porteurs de projet.

La Blockchain de la Chambre des notaires de Paris

Dans un élan de recherche et de développement, l’Agence Nationale de la Sécurité des États-Unis travaille sur un modèle de monnaie digitale résistante aux ordinateurs quantiques afin d’éviter aux nouveaux super ordinateurs quantiques de briser et craquer les algorithmes de la technologie Blockchain.

L’économie continue progressivement de croitre à l’instar de Binance, la plus grosse plate-forme d’échange de cryptoactifs au monde créée en 2017, qui aurait réalisé plus d’un milliard de dollars de profit en 2019. Cette dernière lance actuellement un instrument financier en partenariat avec la plus grande bourse de Suisse. L’objectif sera de refléter la valeur de sa monnaie numérique qui permet de réduire le coût des commissions de trading de sa plateforme.

En parallèle, le navigateur Brave dont la monnaie numérique permet de rémunérer ses utilisateurs, a enregistré une progression de ses utilisateurs de 450 % sur un an passant d’un million d’utilisateurs actifs en janvier 2018 à 5,5 millions en janvier 2019.

Côté parisien, la seconde édition du Paris Blockchain Summit revient le 31 mars et réunira les acteurs clés de l’industrie. De même au royaume des professions réglementées, la Chambre des notaires de Paris a mis en place une Blockchain afin de sécuriser et tracer les documents gérés par les études notariales et travaille sur la gestion du répertoire des sociétés non-cotées.

Alors Blockchain, prêt pour la révolution ? Imaginez que vous n’ayez plus besoin d’avoir confiance en un étranger pour pouvoir échanger avec lui. Cela changerait le monde que nous connaissons. Fin 2017 reflétait une bulle du secteur, 2018 une épuration et 2019 une consolidation du secteur.

Si le fondateur du célèbre anti-virus McAfee reste ferme sur sa prédiction d’un Bitcoin au prix d’un million de dollars d’ici la fin de 2020, l’économiste Marc Touati encourage lui à maitriser la réalité des dynamiques économiques de ce dans quoi on investit, en dépit des prévisions les plus encourageantes.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Tapez votre commentaire
Entrez votre nom ici