Tribune. Le rapport de 3.949 pages consacré aux connaissances disponibles sur la science du climat et publié par le GIEC cet été 2021 a été largement commenté. La conclusion de son « résumé pour les décideurs » fait peur : « Le réchauffement global de 1,5°C à 2°C sera dépassé au cours du 21ème siècle sauf si de profondes réductions des émissions de CO2 ont lieu dans les décennies à venir ». Pourtant, d’autres relativisent la situation.

C’est le cas de Steven Koonin professeur de Physique américain, spécialiste des modèles informatiques du climat, dans son ouvrage titré Unsettled: What Climate Science Tells Us, What It Doesn’t, and Why It Matters paru en mai 2021. Il avait déjà fait paraître dans le Wall Street Journal du 19 septembre 2014 un article intitulé « La science du climat n’est pas établie » dans lequel il doutait de l’origine anthropique du réchauffement.

Du fait de sa position, le professeur Koonin a été ostracisé par la communauté du GIEC. Il en est de même du professeur français Pascal Richet qui à partir des carottes glaciaires de Vostok, retraçant les niveaux de température et de carbone sur les 420 000 dernières années, a trouvé que l’augmentation de température précédait les hausses de teneur en carbone dans l’air, et non l’inverse, ce qui peut remettre en cause l’idée du réchauffement anthropique. Un représentant du GIEC l’a aussitôt traité de « négationniste » et a essayé de faire retirer son article « The temperature-CO2 climate connection: an epistemological reappraisal of ice-core messages. » de la revue scientifique reconnue History of Geo- and Space Sciences dans laquelle il l’avait publié après validation par des pairs.

Certes, le climat se réchauffe et il est important d’en connaître les causes pour tenter d’éviter ses débordements. Si l’homme en est l’auteur, alors en effet,  le retour à une société préindustrielle serait peut-être une solution pour éviter qu’un réchauffement excessif nous tue tous à petit feu. Il faut tout de même être prudent parce que les mesures de décroissance pourraient nous tuer plus vite encore, en revenant à une planète Terre qui avant 1800 avait de la peine à faire vivre sur son sol plus d’un milliard d’habitants dont l’espérance de vie moyenne n’était guère supérieure à 30 ans. Il ne faudrait pas que l’humanité meure de la purge de progrès qu’elle se serait infligée avant d’être victorieuse du réchauffement.

D’autant qu’il y a eu dans l’histoire de nombreuses périodes alternées de réchauffement et de refroidissement alors même que l’homme n’y était pas encore producteur de carbone. Ce que le GIEC n’évoque qu’à voix très basse et que d’autres soutiennent avec plus de force est qu’après tout ce réchauffement pourrait être dû principalement à l’astronomie, à la géologie …  Le phénomène de lent affaissement dans les océans de nombreuses petites îles volcaniques pourrait être dû moins au réchauffement climatique qu’à la subsidence induite par la contraction thermique du soubassement de ces îles à mesure que celui-ci refroidit avec le temps. Les glaciers représentent un volume d’eau trop petit pour que leur fonte contribue réellement à la montée du niveau des océans.

Des milliers de scientifiques ont fait part de leur scepticisme sur l’origine anthropique du réchauffement au travers d’études ou de pétitions, de celle du physicien F. Seitz, ancien président de l’American National Academy of Sciences, à celle lancée par le Groupe d’experts International Non Gouvernemental sur l’évolution du climat (NIPCC), ou encore à celle initiée en 2019 par le professeur italien de géologie Uberto Crescenti…

Si l’évolution du climat dépendait d’autres facteurs, il faudrait mobiliser d’autres moyens, pour autant qu’ils existent et soient efficaces. C’est aux scientifiques de nous dire ce qu’il y a lieu de faire. Mais nous pouvons nous étonner que le GIEC, créé par l’ONU, s’efforce de ne réunir que des avis convergents, ce qu’il appelle un « consensus », pour déclarer que l’homme est le grand coupable du réchauffement. Bien sûr, si cette thèse s’avérait fausse, cela condamnerait toutes ses conclusions et recommandations en faveur d’une collectivisation du monde pour régresser à marche forcée.

D’ailleurs, le GIEC a peut-être raison. Mais son attitude à l’encontre de la moindre contradiction sème le doute, comme si, inquiet de la fiabilité de ses thèses, il préférait faire taire ses contradicteurs, jusque par l’intimidation, plutôt que de débattre et de les réfuter. Il se dérobe ainsi à la pratique scientifique qui exige la confrontation des points de vue. Et on peut se s’inquiéter qu’il ne le fasse que pour imposer une idéologie que nous conservons le droit de ne pas partager.

Il n’est pas besoin d’être scientifique pour exiger de la part de ceux qui en font profession un respect de la transparence et du contradictoire avant que nous acceptions de casser l’économie et la société pour tenter de survivre dans la possible mais incertaine fournaise prochaine du monde.

Jean-Philippe Delsol, avocat, président de l’IREF, Institut de Recherches Economiques et Fiscales

2 Commentaires

    • Bonjour,

      Nous n’autorisons pas la reprise intégrale de nos articles.
      Vous pouvez toutefois insérer un lien dans l’un de vos articles.

      Cordialement,

LAISSER UN COMMENTAIRE

Tapez votre commentaire
Entrez votre nom ici

2 × quatre =