Par Jonathan Habert

La transformation digitale va bien au-delà de la numérisation, de la dématérialisation et de l’implémentation de solutions CRM dans les entreprises.

Pour se démarquer sur leur marché, attirer leurs clients et développer leur image de marque, les entreprises investissent massivement dans le marketing digital et le web en général.

Si les pure players et les DNVB (digital native vertical brands) donnent le “La”, l’ensemble de l’écosystème suit la cadence. Depuis le début des années 2000, la façon de faire du marketing et du business a radicalement changé.

Si l’on se base sur le rapport Digital Report 2021, les principales sources de découverte d’une nouvelle marque pour le client sont désormais les moteurs de recherche à 42,5% et le bouche-à-oreille à 29,3%.

Cela donne le ton !

Autre chiffre marquant, les dépenses totales de publicité en ligne ont augmenté de 3,1% entre 2019 et 2020 pour atteindre 6,22 milliards de dollars… dont 1,5 milliard sur les réseaux sociaux (+6,5% sur un an).

Rien qu’en France.

Le web est désormais partout, et les entreprises, quelles qu’elles soient, qu’importe leur taille et leur secteur, semblent ne plus avoir le choix.

Mais qu’en est-il vraiment ?

Il y a 10 ans, j’ai cofondé  L’Agence Web, Agence de Référencement, et depuis, j’assiste à la transformation digitale du marketing des entreprises. En réalité, plus que de simplement y assister, j’y contribue, avec mon équipe.

Pourquoi le web & le marketing digital sont devenus incontournables

Pour se lancer sur de nouveaux marchés, développer l’entreprise et acquérir de nouveaux clients, le digital s’impose aux PME comme aux grands groupes, aux start-ups comme aux agences.

La transformation digitale, c’est aussi la transition vers l’acquisition web

Ce n’est un secret pour personne, la transformation digitale des entreprises (qui suit celle de la société et du monde) est en marche depuis plusieurs décennies.

Mais au cœur de cette révolution, un autre chambardement est en cours : la digitalisation du marketing. Si avec Nourdine Selmi j’ai décidé de créer L’Agence Web, en 2013, c’est parce qu’à ce moment-là, l’engouement pour l’acquisition web devenait déjà phénoménal et il y avait de plus en plus d’acteurs économiques à aider.

Au cours de la dernière décennie, la croissance des leviers du marketing digital n’ont fait que croître de façon presque exponentielle, creusant ainsi l’écart entre les marques les plus en pointe sur le sujet et les retardataires.

La bonne nouvelle, c’est qu’il n’est jamais trop tard pour s’y mettre, et l’agence accompagne encore des grands comptes qui peinent à vraiment transformer leur acquisition et leur conversion de leads.

Forcément, certaines marques ont davantage intérêt à aller chercher leurs clients sur internet, en raison de la nature de leur offre ou de leur cible. C’est une évidence.

Mais désormais, plus aucun secteur n’est exclu de cette appétence pour le web, et la quasi-totalité des marques ont des clients à convaincre sur le web.

S’en passer revient à perdre des opportunités et c’est un manque à gagner considérable. Effectivement : bien que l’on entende encore parfois le terme de “dépenses” marketing digital, il s’agit bien davantage d’investissements, puisque le ROI est très souvent avantageux.

Les agences qui accompagnent les marques y veillent quotidiennement.

Il reste un travail de pédagogie à faire auprès de certains annonceurs pour qu’ils aient conscience de l’intérêt du web pour leur activité, car même en 2022, on observe encore parfois des réticences ou des questionnements !Nourdine Selmi, DGA & cofondateur de L’Agence Web

Un océan d’opportunités pour les marques qui s’y sont mises et qui s’y mettent

Les faits et les success stories démontrent que de nombreuses start-ups deviennent des licornes grâce au search : le SEO, le SEA et les Social Ads.

Combien de grandes marques ont également changé la donne grâce à leurs campagnes de publicité en ligne ? Combien de grands groupes ont adopté le web pour l’intégrer dans leur stratégie marketing il y a déjà des années ?

Beaucoup, et elles ne le regrettent pas.

Récemment, c’est vers le metavers, les NFTs ou la réalité virtuelle ou augmentée que sont orientées les campagnes digitales les plus créatives. Sans pour autant avoir besoin d’aller jusque là, les canaux traditionnels du web restent extrêmement performants : référencement, ads, réseaux sociaux, etc.

Pour prendre un autre secteur, le commerce en ligne, notons que près de 45% des e-commerçants misent sur le SEO pour attirer le chaland en 2022. En France, en Espagne, en Italie, en Pologne ou même en Amérique latine, c’est une institution.

Et pour cause, selon une étude PrestaShop récente :

  • 1/3 anticipent une hausse de plus de 20% de leurs ventes en 2022 grâce au SEO
  • 3/4 commercialisent déjà leur marchandise à l’étranger ou comptent le faire dans les prochains mois
  • 30% de leur budget marketing est investi dans le SEO

L’acquisition client reste le défi numéro un pour 42% d’entre eux.

Un autre rapport, publié par Semrush au T1 2022, informe également sur l’état du marketing de contenu en 2022, un canal de visibilité, de notoriété, de réputation et d’acquisition toujours plus efficace :

  • Le contenu évolue (et doit continuer à évoluer) vers plus d’humain
  • Les 2 ans de pandémie ont modifié les usages et cette référence permanente est source d’usure, il est temps de passer à autre chose
  • Certaines priorités se distinguent dans les stratégies de contenu : l’empathie et l’intention de recherche des visiteurs à tous les niveaux du funnel de conversion
  • Attention au storytelling, car l’audience est plus vigilante que jamais face au greenwashing, au socialwashing, etc.
  • Plus que jamais, le contenu est un investissement ROIste dans la durée
  • Le taux de clic reste le meilleur indicateur en SEO
  • Les vidéos courtes ont la cote, portées par l’influence de TikTok, et tout le monde peut y gagner
  • L’audit des contenus gagne en importance dans la stratégie globale de content marketing

Quant aux réseaux sociaux, parlons-en (comme l’a fait une étude Hootsuite du débat d’année) :

  • Facebook reste le réseau le plus efficace pour atteindre ses objectifs commerciaux selon 62 % des professionnels du marketing
  • Instagram est celui sur lequel les répondants comptent investir le plus en 2022 (48 %)
  • Seulement 10 % n’utilisent pas d’annonces payantes, particulièrement les petites entreprises
  • 1 marketeur sur 2 estime que sa stratégie de social advertising est intégrée avec d’autres activités marketing (pub TV, print, Google Ads, RP…)
  • La notoriété est au sommet des motivations des marketeurs sur les médias sociaux (53%), devant l’acquisition (47 %) et la conversion (46 %)

Comment un acteur historique “old school” a brillamment transitionné vers le web

Lextenso est un site d’annonces légales qui a plus d’un siècle d’existence (anciennement Les Petites affiches)

Jusqu’à peu, ils étaient quasiment absents du web. Traditionnellement, leur marketing se faisait via la presse papier, des commerciaux et globalement des canaux physiques.

Avec l’agence, nous les avons accompagnés à se digitaliser et à développer leur business sur internet jusqu’à presque devenir un pure player (presque) :SEO & SEA à foison, campagnes ads, etc.

Désormais, leur activité tourne à plein régime, encore mieux qu’avant. C’est une grande fierté, car ce n’était pas gagné d’avance. Mais après tout, que serait la vie d’une agence sans grands challenges ?

Les entreprises ont-elles encore le choix ?

Pas vraiment : le choix se situe entre se moderniser, ou se faire rattraper par la concurrence et manquer des opportunités de renforcer le lien avec l’audience et les clients. Et alors que certaines marques résistent au référencement, aux publicités online ou aux réseaux sociaux, d’autres se lancent déjà sur le metavers et le Web3…

Comme dit plus haut, le manque à gagner est énorme et chaque semaine sans avancer sur la transformation digitale du marketing est une semaine perdue.

Par ailleurs, le covid a accéléré cette tendance structurelle : en 2 ans, on a gagné 20 ans.

Certains clients historiques qui n’étaient pas du tout investis dans le digital ont pu développer rapidement leur CA grâce au web.

Le futur est digital.

L’autre question qui demeure, dès lors, reste celle du “comment” et du “qui”, ou plutôt : comment s’y mettre et avec qui ?

Être bien accompagné est crucial pour réussir sa transition (et c’est le métier de L’Agence Web.com)

Agence search (SEM, SEO & SEA) au service de votre acquisition de leads qualifiés depuis 2013, nous vous accompagnons dans la transformation digitale de votre acquisition client.

Notre objectif : faire collaborer des experts sur vos problématiques de référencement naturel et payant pour vous permettre de vous développer avec succès sur de nouveaux canaux en ligne.

De l’Europe aux US, nous permettons aux plus belles marques de surpasser leurs objectifs d’acquisition web. Notre équipe de talents diversifiés cultive l’excellence à la française sur chaque sujet du search : crawl, édito, netlinking, liens sponsorisés, SEO technique… nous utilisons les meilleures actions pour vous aider à exploser sur Google, les autres moteurs de recherche et Amazon.

Et si c’était enfin le bon moment pour créer une stratégie adaptée à vos besoins, mettre en place des actions performantes et générer le meilleur ROI sur internet ?


Jonathan Habert

LAISSER UN COMMENTAIRE

Tapez votre commentaire
Entrez votre nom ici

deux × cinq =