C‘est la nouvelle mine d‘or  du capitalisme financier. Ils s‘y mettent tous. Qui n’a pas son SPAC (Special Purpose Acquisition Company) ? Oui, vous savez, cette formule désigne des nouveaux véhicules financiers un peu hybrides qui permettent aux investisseurs de confier leur argent à une équipe d‘entrepreneurs et managers chargés ensuite de trouver des entreprises dans lesquelles investir.

Les fonds récoltés servent à dénicher  des entreprises afin de pouvoir les relancer. Et le monde de la finance semble pris de frénésie pour ces sociétés sans activité opérationnelle et dont les titres sont émis en Bourse pour une durée limitée. On estime à 5 par jour le nombre de SPAC lancés quotidiennement dans le monde .Un véritable phénomène qui touche aussi notre pays. À la grande satisfaction de Stéphane Boujnah, le président du directoire d‘Euronext, qui s‘enthousiasme : « avec une Spac, vous misez sur des chercheurs d‘or! ».

Aux USA, 240 introductions en bourse de Spac ont eu lieu en 2020. Paris ne lâche pas l‘affaire. Le lancement dans l‘hexagone de Spac par des entrepreneurs aussi aguerris que Xavier Niel (Iliad), Moez-Alexandre Zouari (Picard surgelés), Mathieu Chabran (Tikehau Capital) ou Jean-Pierre Mustier (UniCredit) sont de bonne augure pour la place de Paris.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Tapez votre commentaire
Entrez votre nom ici

quatre − 3 =