Les 8 points essentiels pour ne pas rater son recrutement

Par Alain Goetzmann

Compte tenu de la pénurie de talents, des exigences à satisfaire pour séduire les nouveaux entrants et conserver les équipes déjà en place, le recrutement devient une étape majeure dans le processus d’amélioration du fonctionnement de votre entreprise. Il faut, non seulement, être en mesure de sélectionner les meilleurs mais il faut aussi que leur engagement corresponde à la culture et aux pratiques qui y règnent.

Au chef d’entreprise d’élargir ses capacités à la bonne évaluation des candidats au poste qu’il veut pourvoir mais aussi à celle des collaborateurs en place, afin qu’ils ne deviennent pas des freins à l’évolution. C’est de la cohérence de l’action collective que viendra le succès et cette cohérence suppose une attention particulière à l’homogénéité des caractères, dans la diversité des opinions.

Nous n’allons pas dérouler ici les techniques de recrutement, dans leur détail. Elles sont l’apanage des cabinets spécialisés. Non, l’important, c’est la façon dont le chef d’entreprise peut réduire les risques d’inadéquation, avant l’engagement définitif d’une personne. Il y a 8 points à respecter.

  1. Faites faire les premières sélections à un cabinet de recrutement auquel vous aurez, en toute transparence, donné les tenants et aboutissants de votre projet d’embauche.
  2. Définissez clairement la fonction que vous réservez au nouvel entrant, non sous forme d’une définition détaillée des fonctions – moyen très efficace d’enfermer des gens dans des rôles de second plan – mais sous forme de lignes de responsabilité décisionnelles et d’exécution.
  3. Assurez-vous d’avoir une appréciation pertinente de la culture de votre entreprise, – les habitudes, les rites, les façons d’être -. C’est le creuset de l’intégration future d’un nouveau venu.
  4. Privilégiez le caractère du candidat. Un surcroît de compétences est bien plus facile à acquérir que des traits de caractère. Il faut donc privilégier ce critère, ce qui ne veut pas dire engager des clones des collaborateurs déjà en place. Au contraire, il faut privilégier la diversité des opinions et des formations, mais veiller à ce que le débat, s’il a lieu, reste toujours courtois. Il n’est d’ailleurs jamais nuisible de sélectionner les candidats les plus cultivés.  C’est souvent le signe d’une plus grande ouverture d’esprit et d’un goût plus prononcé pour l’acquisition de connaissances.
  5. Evaluez son dynamisme et son engagement. Si le candidat retenu est lent et plus appliqué que créatif, méfiez-vous. Il vous retardera, vous et toute votre équipe.
  6. Multipliez les entretiens courts, par visio, notamment, jusqu’à ce que vous vous soyez forgé votre opinion.
  7. Associez un maximum de collaborateurs à votre processus et échangez longuement avec eux ainsi qu’avec votre cabinet de recrutement pour en tirer des conclusions, avant de signer la promesse d’embauche.
  8. Gardez aussi à l’esprit le conseil de Warren Buffet : « Quand vous recrutez, vous devez rechercher trois qualités : l’intégrité, l’intelligence et l’énergie. Et si les candidats ne possèdent pas la première, les deux autres vous tueront. »

Pour finir, choisissez, une fois pour toutes, de ne travailler qu’avec des gens qui aiment les gens. Faites de ce trait de caractère la condition sine qua non de toute embauche, loin devant tous les autres critères. Quand vous embaucherez, vous ne sélectionnerez pas forcément la crème de la crème. Mais, selon la façon dont vous dirigez, vous pourrez faire en sorte qu’ils le deviennent.

Alain Goetzmann, Coach et Conseil en Leadership & Management

LAISSER UN COMMENTAIRE

Tapez votre commentaire
Entrez votre nom ici

dix-neuf + 15 =