L’enthousiasme contagieux de Diane Domas de Crécy, fondatrice de Loc’Hall

Un exemple de réussite inopinée qui ne peut que donner des idées à tous les entrepreneurs en herbe de notre pays qui hésitent encore à sauter le pas. Faites comme Diane : le saut de l’ange !

L’histoire de cette jeune femme pourrait donner le déclic à ces nombreux Français et Françaises, 13 millions me dit-on, qui rêvent d’entreprendre et dont beaucoup ne le feront sans doute pas. Diane Domas de Crécy a beau être la belle fille d’un entrepreneur à succès (Jacques Domas, fondateur de Maxi-Livres), elle n’avait jamais vraiment rêvé devant sa glace de devenir un jour femme d‘affaires et de se transformer, qui sait, en une nouvelle Mathilde Thomas (Caudalie) ou Virginie Taittinger.

Non, cette diplômée ESCP Paris avait une voie toute tracée. Celle d’une carrière classique de cadre marketing chez L’Oréal, de conseillère municipale à la ville de Saint-Cloud (92), tout en élevant ses deux enfants. Les hasards de la vie en ont décidé autrement et l’ont poussé à devenir coach. Un premier pas dans le grand bain de la liberté qui a sonné pour elle comme un véritable appel d’air. Et là, on n‘y coupe pas. C’est souvent une drogue dure dont il s’agit. Plus de patron, plus de hiérarchie, plus de routine, et un plaisir certain.

Le pli est pris, on ne la reprendra plus. Écoutez l’interview qu’elle nous a accordée sur EntreprendreTV, c’est assez saisissant. La fondatrice de Loc’ Hall ne mâche pas ses mots : « Oui, devenir entrepreneure a changé radicalement ma manière de voir les choses, de vivre et de penser. Une métamorphose qui m’a permis de me révéler à moi-même, de prendre confiance et de faire des choses que je ne soupçonnais pas pouvoir réaliser. »

Rajoutant au passage « qu’elle s’éclate dans sa nouvelle aventure, au point qu’elle n’a même plus envie de se coucher le soir tellement elle est motivée par ce qu’elle fait ». On la croit sur parole. Une sincérité qui pourrait achever de convaincre les derniers réticents pour l’aventure entrepreneuriale.

Diane Domas de Crécy a eu la bonne idée de proposer aux sociétés d’événementiels ou aux entreprises de louer des lieux de patrimoines uniques et exceptionnels. Avec Loc’Hall, vous pouvez louer pour une soirée le toit de l’Arc de Triomphe, l’hôtel particulier d‘Adolphe Thiers à Paris ou l’abbaye du Mont Saint-Michel. Aussi étrange que cela puisse paraître, personne n‘y avait pensé avant.

Cela tombe bien, notre pays regorge de bâtiments patrimoniaux tous plus exceptionnels les uns que les autres. Et ce n’est pas Stéphane Bern qui va la démentir. Même si le président de la Mission Patrimoine ne l’a toujours pas reçue à ce jour. Avec son enthousiasme communicatif, Diane est en train de faire son bonhomme de chemin. Elle vient de lever 400 000 euros et s’apprête à implanter Loc’Hall sur le continent européen. « Rien de grand ne se fait sans enthousiasme », ce n‘est pas moi qui le dit, mais un certain Denis Diderot.

Robert Lafont

LAISSER UN COMMENTAIRE

Tapez votre commentaire
Entrez votre nom ici

trois − un =