European union and British Union jack flags flying together. Brexit concept

Depuis le 1e janvier 2021, le Royaume-Uni ne fait plus partie de l’Union, après des négociations ardues. Les conséquences sont nombreuses et le traducteur n’est surtout pas épargné, notamment pour les traductions des sites du commerce en ligne, les modifications réglementaires et dans le domaine financier.

Tout d’abord, le commerce en ligne reste un sujet préoccupant du Brexit, sachant que le Royaume-Uni est le 3e marché du commerce en ligne mondial. Les sites de vente du commerce en ligne essayent d’attirer les consommateurs britanniques en faisant traduire leurs plateformes en langue anglaise. Le traducteur doit porter sa casquette commerciale pour assurer un site attirant et dynamique, dans un but d’attirer le client étranger. Un site bien traduit produit de la valeur ajoutée non négligeable. C’est une vitrine mondiale à travers le web. Avec le Brexit, les besoins de ces traductions ont augmenté et la nécessité d’un traducteur formé sur le volet commercial est de plus en plus réelle aujourd’hui. Presque 80% de la population au Royaume-Uni achète en ligne et avec le confinement cette pratique augmente sans cesse.

Par ailleurs, le secteur financier a applaudi l’arrivée du Brexit. Le traducteur financier est de plus en plus sollicité, notamment concernant des traductions des réglementations financières. Les organisations implantées au Royaume-Uni ou qui y ont des succursales, ont besoin des traduire leurs textes administratifs de l’anglais afin de se conformer aux nouvelles réglementations post-Brexit.

Pour le traducteur juridique, il salue également l’arrivée du Brexit qui mène des modifications aux accords commerciaux signés de l’autre côté de la manche. Le Brexit a déclenché des changements fiscaux et tarifaires et ceci nécessite des modifications aux accords commerciaux. Le traducteur a son rôle à jouer dans la traduction des avenants afin de tenir compte des conséquences fiscales du Brexit.

Et qui dit Brexit dit également la mise en conformité avec le RGPD et la protection des données. S’agissant du Royaume-Uni, l’application du RGPD est mis en place jusqu’au 1 juillet 2021. Au-delà de cette date butoir, les entreprises concernées devront mettre à jour leurs contrats sur la protection des données et mettre leurs traductions à jour.

Ainsi, le Brexit n’est-il pas un atout incontestable au traducteur ?

LAISSER UN COMMENTAIRE

Tapez votre commentaire
Entrez votre nom ici

18 + neuf =