Par Jane Kochanski, expert judiciaire,

Tribune. Le COVID19 a entraîné la pire récession au monde depuis la Grande Dépression, la demande intérieure, l’offre, le commerce et les finances ayant été gravement touchés par la pandémie. Les marchés les plus touchés sont ceux qui étaient fortement dépendants du tourisme, des exportations de matières premières et du financement extérieur dans les économies avancées.

Cette crise de santé publique a ouvert une pléthore de changements. Elle a obligé les sociétés à comprendre le besoin impérieux de numérisation. Par exemple, avec cette pandémie, le développement de la télésanté est primordial, l’accent étant mis sur les soins virtuels d’urgence. Les patients se connecteront avec les médecins en ligne et les données seront partagées sur les réseaux du circuit médical. La sécurité au cours de ces étapes est cruciale pour assurer la protection des données des patients.

La pandémie actuelle a également révélé les inquiétudes de la société et les insuffisances des secteurs de la santé publique. Pourtant, potentiellement, cela pourrait entraîner des changements positifs. La santé publique doit évoluer avec le temps et il faut davantage de ressources pour construire un service de santé publique sur mesure «à la pointe de la technologie», l’accent étant mis sur la formation des professionnels à la gestion de crise.

De plus, il est émouvant d’observer comment, à la source, un virus microscopique a été capable de mettre à genoux les superpuissances mondiales et toute l’économie.

Au vu de ces arguments, il est évident qu’il ne suffira pas de réagir et de se remettre de la pandémie COVID… beaucoup d’idées doivent être mises dans la «plaque chauffante».

Et si la solution était numérique ?

Le monde post-Covid sera sans aucun doute numérique. Les capacités numériques et de données et une collaboration efficace avec la chaîne d’approvisionnement sont essentielles pour garantir le succès des opérations numériques.

Les technologies numériques sont nécessaires dans tous les secteurs et, à l’échelle nationale et internationale, aideront les économies à éviter une paralysie et / ou une récession massive.

Par ailleurs, la protection numérique des systèmes de sécurité des données et d’intelligence artificielle conçus pour respecter les règles de droit et les droits de l’homme sont des enjeux prioritaires.

Si l’on considère la nécessité d’une digitalisation «bottom-up», il est évident que la grande majorité des contacts entre entreprises et clients se fera désormais virtuellement. Les bureaux ne sont plus des points de rencontre physiques, mais plutôt des hubs seront utilisés pour l’activité commerciale en ligne. L’exploitation numérique est le seul moyen de soutenir les activités à la suite des arrêts continus et des activités restreintes dues à la pandémie COVID19.

Les entreprises qui mettent l’accent sur la numérisation seront, par la suite, plus productives et plus agiles. Les décisions basées sur le numérique seront plus rapides et plus efficaces.

Enfin, après avoir examiné et développé les questions ci-dessus, il en résulte qu’une réponse pragmatique est nécessaire pour la survie commerciale dans une société axée sur la numérisation post-Covid.

Jane Kochanski
Expert Judiciaire
Cour d’appel de Paris
Section Traduction

LAISSER UN COMMENTAIRE

Tapez votre commentaire
Entrez votre nom ici

1 × 2 =