Par Dominique Amirault, président de la FEEF (Fédération des Entreprises et Entrepreneurs de France)

Tribune. Dans le cadre du débat des élections présidentielles, les PME indépendantes industrielles sont aujourd’hui les grandes oubliées. Pourtant, elles sont un pilier vital pour notre avenir économique, à la fois en termes d’indépendance et de souveraineté industrielle et alimentaire.

Les PME des Territoires, accélératrices de transitions

Implantées dans les territoires, créatrices d’emplois, innovantes, engagées, les PME indépendantes sont des actrices incontournables de la vie économique et sociale. Leur vision de l’entrepreneuriat, basée sur l’investissement long terme et une stabilité actionnariale, fait figure d’exception dans un contexte de désindustrialisation chronique et de financiarisation de l’économie.

Par leur modèle, leur répartition et leur ancrage territorial, elles constituent aujourd’hui un des piliers pour l’emploi, la transition écologique et plus généralement, la souveraineté économique de l’Hexagone. C’est grâce à ce modèle que les PME sont aujourd’hui à l’origine de 80 % des créations d’emploi en France et constituent un levier essentiel de création de valeur dans notre pays.

Ainsi, le tissu de PME indépendantes, au-delà de ses caractéristiques propres, a un rôle central pour le développement d’une économie verte, souveraine et innovante.

Pour une définition du statut des PME engagées dans les territoires

Alors que la France doit réindustrialiser ses territoires d’urgence sous peine d’un décrochage économique, social et environnemental, les moyens dont elle s’est dotée pour y parvenir ne sont pas adaptés. Les politiques publiques de soutien à l’activité (fiscalité, financement, succession, accompagnement…) sont aujourd’hui calibrées pour les multinationales ou des organisations dont l’actionnariat est tourné vers les bénéfices à court terme. Il est nécessaire de renouveler fondamentalement la grille d’analyse des politiques publiques et d’assumer une stratégie offensive en faveur de la consolidation et du développement de notre tissu de PME indépendantes.

Dans ce sens, il est urgent de redéfinir le statut des PME engagées dans les territoires et fortement contributives. C’est pourquoi, j’appelle les candidats à s’engager en faveur du statut juridique de l’« Entreprise à Valeur Humaine » afin de créer un cadre adapté sur les plans économique, commercial et fiscal aux PME des Territoires.

Ce dispositif innovant viendrait durablement renforcer le tissu économique et industriel au soutien de l’indépendance économique et de la réindustrialisation de l’Hexagone. Il serait un formidable accélérateur de développement au service de l’emploi, de la vie économique dans les territoires et de la transition écologique.

Pour toutes ces raisons, il est temps d’agir et de faire des PME des Territoires la priorité économique du prochain quinquennat.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Tapez votre commentaire
Entrez votre nom ici

2 × cinq =