« Est-il toujours intéressant d’investir dans les GAFAM ? »

Par Maxim Manturov, responsable du conseil en investissement chez Freedom Finance Europe

Tribune. Google, Amazon, Facebook, Apple et Microsoft (GAFAM) sont les valeurs technologiques les plus cotées en bourse en termes de capitalisation boursière et valent collectivement plusieurs milliers de milliards de dollars. Pour autant, les géants de la technologie souffrent des taux d’intérêt élevés car leurs actions se négocient sur la base d’une attente de rendements plus élevés à l’avenir, ce qui représente des risques que les investisseurs ne sont généralement pas disposés à prendre dans un environnement économique turbulent. Comment ces géants de la technologie se comportent en cas d’inflation galopante et d’instabilité macroéconomique ? Est ce toujours intéressant d’investir dans ces valeurs ?

Meta : un pari sur Mark Zuckerberg

Dans une période macroéconomique difficile et sur un marché hautement concurrentiel, le pari de Mark Zuckerberg sur le Metaverse n’est pas encore totalement compris par le marché, entraînant la baisse du titre la plus rapide parmi les grandes entreprises technologiques. La hausse des coûts d’exploitation et les fluctuations du marché des devises ont entraîné une baisse significative du bénéfice net. Si les perspectives pour le quatrième trimestre n’ont pas répondu aux attentes, celles concernant les coûts pour 2023 ont choqué le marché. Malgré la baisse du chiffre d’affaires, Meta prévoit que les dépenses en 2023 s’élèveront à minimum 91 milliards d’euros, soit une augmentation de 15 % en glissement annuel. Bien que la hausse des coûts soit effrayante, des investissements agressifs pendant la récession pourraient rapporter de solides retours pour Meta en 2024 et au-delà, si l’entreprise Metaverse s’avère viable.

Un trimestre décevant pour Amazon

Le chiffre d’affaires d’Amazon n’a pas été à la hauteur des attentes avec une activité cloud ralentissant progressivement même si elle continue de croître à un taux annualisé de 28%. Parallèlement, la croissance du secteur de la publicité s’est accélérée pour atteindre 30 % au cours du trimestre, ce qui est impressionnant dans un contexte où les divisions YouTube de Meta et d’Alphabet ont toutes deux enregistré une croissance négative de leurs recettes publicitaires. Amazon reste le leader de l’industrie du cloud avec une croissance constante et gagne des parts dans le secteur en pleine expansion de la publicité numérique. Malgré les faibles prévisions pour le prochain trimestre, il existe des raisons de rester optimiste quant aux perspectives à long terme de l’entreprise. Étant donné que les marges du commerce électronique d’Amazon peuvent être stimulées par la croissance continue du chiffre d’affaires de ses activités de cloud computing et de publicité, l’entreprise bénéficiera d’une part de marché accrue et de coûts réduits à l’avenir.

Apple reste le roi du cash-flow

Le rapport d’Apple a été le plus brillant et a soutenu le marché, compte tenu de sa forte capitalisation, prouvant une fois de plus la solidité de l’entreprise dans un environnement macroéconomique difficile avec des revenus records au cours du dernier trimestre. La société a obtenu de solides résultats financiers pour le troisième trimestre de 2022, avec un chiffre d’affaires de 85 milliards d’euros, dépassant les prévisions des analystes de 1,29 milliard d’euros. Le revenu des produits s’est élevé à 67,7 milliards d’euros, soit une hausse de 9 % en glissement annuel et un record pour le troisième trimestre ; une augmentation favorisée par l’augmentation constante des revenus tirés des iPhone, des Mac et des services. Malgré des conditions économiques difficiles, l’entreprise continue d’afficher de bonnes ventes, ce qui permet à Apple d’être toujours considérée comme un investissement solide à long terme.

Les prédictions modestes de Microsoft ont causé sa perte

Les investisseurs ont été frustrés par les prévisions financières modestes du géant, ce qui a provoqué la chute du cours de l’action. Néanmoins, l’avenir de Microsoft est positif. Ses perspectives ne sont pas particulièrement inquiétantes face aux vents contraires à court terme. Alors que les estimations moyennes tablent désormais sur une croissance du chiffre d’affaires d’environ 7 % pour l’exercice 2023, la moyenne du marché prévoit une augmentation de 14 % au cours des trois prochaines années. Du côté des revenus, les estimations moyennes supposent une croissance de seulement 5 % cette année, suivie d’une croissance et d’une reprise de 17 % pour l’exercice 2024. Cela résulte de la création par Microsoft de barrières à l’entrée et de son avantage concurrentiel dans les logiciels pour PC, les logiciels d’entreprise, les médias sociaux (LinkedIn), les jeux et le cloud.

Des signes de reprise du marché de la publicité vont faire grimper l’action Alphabet

Les bénéfices d’Alphabet, la société mère de Google et YouTube, ont été bien inférieurs aux attentes au troisième trimestre. Toutefois, Alphabet reste l’un des leaders du marché de la publicité, même si l’économie s’affaiblit. Le chiffre d’affaires semble être en baisse dans ses principales activités. Alphabet est avant tout une société de publicité et des résultats globalement faibles pourraient présenter des vents contraires pour l’action, car il est prévu que les dépenses publicitaires se détériorent avec l’économie.

Toutefois, les entreprises sont plus susceptibles de faire de la publicité sur le réseau de moteurs de recherche que sur d’autres supports, ce qui confère à Alphabet un solide avantage concurrentiel. Les marchés sont tournés vers l’avenir, les bénéfices du troisième trimestre font déjà partie du passé, et tout signe de reprise du marché de la publicité a le potentiel de déclencher un rebond des actions Alphabet. En période de volatilité accrue, de solides opportunités se présentent malgré tout aux investisseurs à long terme, car ces sociétés continuent de dominer le marché avec des perspectives de croissance régulière.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Tapez votre commentaire
Entrez votre nom ici

3 + 3 =