Par Christian Hubert, directeur commercial adjoint de l’Union Financière de France (UFF)

Dans un contexte de forte concurrence, attirer et fidéliser les talents restent un enjeu majeur pour les entreprises. La capacité de proposer à ses salariés un accompagnement dans la gestion de leur patrimoine peut s’avérer, pour le dirigeant, un atout décisif.

L’éducation financière est essentielle pour permettre aux Français d’anticiper les événements de la vie et financer leurs projets. La législation et les produits financiers sont devenus si complexes que gérer seul son argent de manière optimale est devenu mission impossible. Dans ce contexte, l’entreprise peut s’avérer être un espace privilégié pour sensibiliser ses salariés aux enjeux patrimoniaux et leur permettre de prendre les bonnes décisions pour leurs investissements.

Selon l’étude mondiale « Future of Pay » menée par l’ADP Research Institute® en 2019, près d’un salarié sur deux souhaite bénéficier de conseils de la part de son employeur pour la gestion de ses finances personnelles. De même, près d’un tiers des Français attend de son entreprise, des recommandations relatives à la préparation de sa retraite. Et pour cause, les préoccupations durant la vie active sont aujourd’hui multiples : impôts, prévoyance, études des enfants, dépendance des ascendants…

Il est alors essentiel pour le dirigeant de s’emparer de cette problématique, pour épauler les collaborateurs dans le pilotage de leur patrimoine et leur proposer des dispositifs d’épargne salariale attrayants. De cette manière, il pourra renforcer l’attractivité de sa marque-employeur et sa capacité à fidéliser des talents via une offre de service différenciante, au plus près des attentes et besoins de ses effectifs.

Différents dispositifs peuvent être implémentés

Afin de contribuer à l’information des collaborateurs sur leurs préoccupations financières, le dirigeant peut instaurer une veille patrimoniale et des évènements ponctuels (tables-rondes, conférences…). Les salariés seront grâce à cela informés des évolutions réglementaires et des opportunités d’investissement pertinentes selon leur profil comme, par exemple, les atouts et spécificités du nouveau Plan d’Epargne Retraite (PER).

Le chef d’entreprise peut également jouer un rôle plus actif dans la dynamisation de l’épargne des collaborateurs et la constitution d’un capital rattaché à l’entreprise, particulièrement grâce aux nouveautés issues de la loi PACTE. Un accord d’intéressement ou de participation, lié à un plan d’épargne entreprise (PEE) ou un plan d’épargne retraite (PERcol), constituent autant de vecteurs pour aider les équipes à financer leurs projets personnels et/ou préparer leur retraite. L’entreprise devient alors un partenaire privilégié des moments importants de la vie de ses salariés.

Un vecteur innovant pour la responsabilité sociétale de l’entreprise

Cet accompagnement sera également bénéfique pour l’entreprise, car un salarié en bonne santé financière sera plus serein, plus motivé et plus performant. Le développement de l’éducation et de la formation financière, ainsi que la dynamisation de l’épargne des salariés par l’entreprise, s’inscrivent pleinement dans la charte RSE de la société.  

Pour le dirigeant, il s’agit, à ce titre, d’un moyen pour susciter l’adhésion autour de son projet d’entreprise, intégrant pleinement l’épanouissement collectif et individuel des équipes dans les finalités de son activité.

Christian Hubert

LAISSER UN COMMENTAIRE

Tapez votre commentaire
Entrez votre nom ici

14 + cinq =