Par Alain Goetzmann, Coach et Conseil en Leadership & Management

Il vous est sûrement déjà arrivé de vous trouver coincé à côté de quelqu’un, dans le métro, dans un train ou dans un avion, lequel, bien que vous ne lui ayez rien demandé, vous interpelle et commence à vous asséner ses vérités qui, la plupart du temps, ne sont pas les vôtres.

Il est difficile, dans cette situation, de se défiler. Vous pouvez toujours essayer de faire semblant de vous concentrer sur votre mobile, vous n’empêcherez pas sa logorrhée. Alors, au lieu de simplement prendre votre mal en patience, pourquoi ne pas en profiter pour tenter d’en faire un moment positif ? Quitte à perdre son temps, au-moins que cela en vaille la peine, non ? Enumérons quelques possibilités de réagir.

  1. Prêtez attention aux propos de cette personne. Peut-être sait-elle quelque chose que vous ne savez pas. C’est vrai, après tout, nous nageons souvent dans le conformisme. Les mêmes amis, les mêmes collaborateurs, les mêmes collègues. Nous finissons par nous connaître par cœur et n’avons plus rien à apprendre les uns des autres. Nous ressassons toujours les mêmes thèmes, les mêmes idées. Voilà du neuf.
  2. Personne n’a jamais raison ou tort à 100%. Certains arguments peuvent avoir du sens et vous amener à réfléchir sur le bien-fondé de votre propre opinion. Vous non plus, vous ne détenez pas la vérité universelle. Voilà un bon moyen de confronter vos convictions avec les convictions opposées.
  3. Vous allez aussi réaliser qu’au-delà de l’expression de l’opinion de votre interlocuteur forcé, il y a une réflexion. Son cheminement intellectuel est forcément intéressant à découvrir. Il repose sur d’autres hypothèses, d’autres démonstrations et, par conséquent, d’autres conclusions.
  4. Vous allez apprendre à vous laisser aller sans porter la contradiction. Pour avoir la paix, vous allez simplement relancer. Vous n’êtes pas dans un débat d’idées. Vous ne connaissez pas votre interlocuteur et, soyons francs, n’en avez rien à faire. Faites-lui simplement approfondir son argumentaire. C’est votre seule chance de transformer une perte de temps en gain de connaissance.
  5. Mesurez enfin, comment une simple différence d’opinion peut avoir pour origine une différence d’expérience et de perspective. Vous vous doterez alors, pour vous-même, d’une expérience psychologique qui vous permettra de mieux mesurer, par ailleurs, le fondement des arguments de vos collaborateurs ou de vos collègues, dans votre activité habituelle quotidienne.

Choisir d’apprendre de ceux qui ne pensent pas comme vous est édifiant. C’est un défi à votre mode habituel de réflexion, une façon de mieux vous permettre d’appréhender ses angles morts, un élargissement de vos perspectives et une ouverture d’esprit beaucoup plus large. Y être contraint est évidemment désagréable. Mais savoir ensuite comment susciter, chez vos interlocuteurs habituels, la controverse, est un excellent moyen d’éclairer les décisions à prendre et de les mettre, au moins partiellement, à l’abri des biais cognitifs.

Alain Goetzmann, Coach et Conseil en Leadership & Management

LAISSER UN COMMENTAIRE

Tapez votre commentaire
Entrez votre nom ici

douze − neuf =