Par Julien Rolando, Directeur de projets, Armatis   

La course à l’innovation atteint aujourd’hui tous les secteurs d’activité, entraînant dans son sillage de nombreux projets boostant la performance et la compétitivité de nos entreprises – parfois là où on ne s’y attend pas. 

Loin de l’image poussiéreuse des plateaux moroses et sans dynamisme, les centres de relation client externalisée suivent également cette tendance et sont devenus de véritables écosystèmes d’innovation porteurs d’initiatives internes remarquables. En complément des incubateurs internes, un contexte managérial ouvert à l’intrapreneuriat permet aux collaborateurs de porter les projets qu’ils souhaitent, de façon totalement organique.

Entre mise en valeur des talents, cohésion entre les collaborateurs et amélioration organique de la performance, l’intrapreneuriat est une composante importante du dynamisme des entreprises qui gagnerait à être davantage mise en valeur. Mes quatre conseils aux entreprises et collaborateurs pour œuvrer communément à la réussite de ce dispositif. 

Ouvrir le contexte managérial à l’innovation : managers, écoutez vos talents !

Les projets intrapreneuriaux ne peuvent se construire que dans un contexte favorisant ces pratiques, et reconnaissant leur importance à l’échelle globale de l’entreprise. 

Le management transversal doit permettre cette flexibilité, même si cette dernière implique de sortir des fiches de poste et de prendre du temps sur les activités quotidiennes. Il s’agit ici d’établir un système basé sur la confiance, l’autonomie, et la reconnaissance du fait que chaque collaborateur puisse apporter sa pierre à l’édifice au-delà de ce pourquoi il a été embauché. 

Chez Armatis, un groupe de collaborateurs a eu l’opportunité de sortir des sentiers battus du travail quotidien pour mettre son talent au service d’un projet commun, celui de créer une plateforme digitale collaborative. Appelé SODA, cet outil est utilisé par plus de 2000 collaborateurs au quotidien. Une atmosphère de confiance et de reconnaissance des capacités des collaborateurs a permis de faire d’une bonne idée une solution fonctionnelle globale. Le succès des projets intrapreneuriaux dépend donc de l’engagement et de la flexibilité de l’écosystème complet d’une entreprise, et du soutien hiérarchique. Elle permet enfin  de responsabiliser les collaborateurs en les rendant acteurs de leur réussite et de celle de l’entreprise.

Impliquer chacune et chacun : porteurs de projets, écoutez vos collègues !

Pour qu’un projet puisse bénéficier à l’ensemble de l’entreprise et être au service de la cohésion et de la performance, l’inclusion de l’ensemble des collaborateurs est absolument essentielle. 

L’écoute est clé : l’ambition de répondre à des problématiques concrètes au sein de l’entreprise, qu’il s’agisse de collaboration, de socialisation, d’engagement ou de performance, ne peut se concrétiser qu’au travers de la prise en compte de l’expérience collaborateur. C’est cela même qui en fait une aventure humaine. 

Les projets les plus efficaces sont ceux pensés et conçus par les collaborateurs pour les collaborateurs. Pour que les idées innovantes embarquent et engagent  toute l’entreprise, il est essentiel de s’assurer que les idées correspondent à des attentes et besoins concrets. Les tests, briefs, sondages et demandes de feedback doivent devenir des réflexes. De plus, se renouveler implique une remise en perspective constante du projet d’origine et sa confrontation aux nouvelles priorités de l’entreprise et aux attentes des collaborateurs. 

En plus de légitimer la position des équipes porteuses de projets intrapreneuriaux, garantir cette écoute à chaque étape permet de développer le sentiment d’appartenance et d’implication des collaborateurs qui ne l’auraient pas nécessairement été autrement – contribuant ainsi à la création d’un environnement de travail plus inclusif et cohésif.

Ouvrir la voie à des réflexions connexes

L’intrapreneuriat donne un second souffle opérationnel aux entreprises. En plus de permettre aux collaborateurs impliqués de gagner en contrôle sur leurs activités et leurs parcours, il peut insuffler une dynamique de réflexion et d’action sur l’ensemble de l’entreprise – une dynamique qu’il faut absolument exploiter. Cet effet boule-de-neige permet en effet d’élargir un écosystème propice à l’entrepreneuriat à d’autres départements, d’autres sites ou d’autres branches, afin d’engager des projets connexes et favoriser l’émergence de nouvelles idées. Donner aux collaborateurs l’accès aux ressources qui entourent leur secteur d’activité (baromètres, analyses, études en interne…) permet de renouveler les réflexions et initier de nouveaux projets. 

S’engager dans une dynamique de transmission et de pédagogie 

Les projets intrapreneuriaux ne doivent pas rester “confidentiels”. Leur pérennité dépendra en partie de leur résonance et de leur impact hors de l’entreprise. Dans la mesure du possible, s’inscrire dans le maillage académique des régions d’implantation de l’entreprise doit être une priorité. Les partenariats éducatifs, des lycées à l’éducation supérieure, sont une mine d’or en matière d’application et de diversification des projets. Ils permettent aux équipes de sortir du cadre purement interne pour confronter leur démarche à ceux qui y forment de matière académique, de comparer certaines approches, et de tester les solutions avec des publics totalement différents. L’approche est gagnante pour tous, puisqu’elle permet également aux élèves et étudiants de travailler sur des cas concrets qui démystifient le monde de l’entreprise. 

S’engager avec des d’acteurs locaux dans cette logique de transmission est également un moyen efficace d’ancrer l’entreprise dans  son territoire et d’accroître sa légitimité en tant qu’acteur de l’innovation – un argument non négligeable pour attirer de nouveaux talents et développer de nouveaux marchés !

L’intrapreneuriat est donc avant tout une aventure humaine au service des collaborateurs et de l’entreprise. Véritable stratégie RH, le dispositif présente à la fois l’avantage d’être un accélérateur de carrière pour les collaborateurs et un levier d’innovation, indispensable à la survie d’un (grand) groupe.  

LAISSER UN COMMENTAIRE

Tapez votre commentaire
Entrez votre nom ici

douze + 10 =