Le salon Vivatech est le salon le plus important de la Tech européenne. Il a pu rouvrir partiellement ses portes cet été et mettre en lumière de nouvelles idées et startups qui constitueront peut-être les licornes françaises de demain. En voici neuf, pleines de promesses, en attendant la prochaine édition en juin 2022.

140 000 visiteurs virtuels, 26 000 en présentiel, 1,7 milliard de vues sur les réseaux, le salon Vivatech a tenu ses promesses malgré une organisation « Covid ». Les pros ou les fans de la tech ont pu suivre les progrès de ceux qui vont transformer le monde de demain, y compris dans le quotidien le plus banal des citoyens du monde. Les conférences organisées ont attiré un public nombreux, grâce à la présence de Tim Cook, le patron d’Apple ou l’intervention virtuelle de Mark Zuckerberg. 9 projets ont particulièrement retenu notre attention.

Vibiscus : contre les nuisances sonores

Cette startup du CNRS installée dans le Doubs développe et commercialise des membranes acoustiques fines et intelligentes. Le chercheur Gaël Matten a cherché un moyen d’absorber les bruits quel que soit l’endroit où l’on se trouve, afin de minimiser les nuisances sur la santé. La solution proposée ne passe pas par un casque ou un matériau absorbant, mais sur un système de plaques technologiques modifiant les vibrations de l’air que sont les sons. Une offre destinée en premier lieu aux locaux professionnels afin d’éliminer les nuisances sonores.

Hap2U : faire de toute surface un écran

Cédric Chappaz est à l’origine de cette startup spécialisée dans les écrans haptiques. Soit des écrans incroyables qui reproduisent la sensation de matière au toucher. Installée en Isère, la jeune société a bénéficié du support de Daimler-Mercedes dès ses débuts et sa technologie est aujourd’hui prête à être intégrée dans des automobiles, des appareils ménagers entre autres. Car toutes les surfaces « seront des écrans à l’avenir » permettant de tout faire passer via le simple toucher. Plongez-vous dans la technologie haptique, elle va envahir notre vie au quotidien.

SecurKeys : en finir avec la perte des clés

Il faut croire que Thierry Bellanger, Patrick Azzopardi et Pascal Metivier ont dû souvent perdre leurs clés. Mais finie la galère, et la facture des changements de serrure. La startup propose un service sécurisé de gardiennage et de livraison des clés égarées en 1 heure, garantissant l’anonymat, et ce sur tout le territoire français. Votre voisin est parti en vacances ou vient de s’absenter et c’est lui qui avait le double ? Ce n’est plus un problème, renseignez-vous sur cette technologie qui doit s’internationaliser grâce à divers partenariats, notamment avec les assurances et mutuelles.

Hopium Machina : la berline à hydrogène

La startup française a présenté son prototype de berline de luxe à hydrogène, la « Machina » doit entrer en fabrication en France pour un lancement prévu en 2026. Autonomie de 1000 kilomètres pour 500 chevaux, recharge en trois minutes, le véhicule développé par le pilote Olivier Lombard et son équipe est extrêmement séduisant. Pour l’instant, ce sont des investisseurs privés qui soutiennent le développement de la startup, une nouvelle étape du projet est prévue pour le premier trimestre 2022.

Ender Océan : agir pour le monde marin

Le petit robot d’Ender Ocean, la startup de Bègles veut sensibiliser le grand public au problème de la pollution sous-marine par le jeu. Son robot à pinces peut être piloté à distance pour attraper les déchets marins et participer au nettoyage des océans. Anne Le Van Kiem et Denis Bled ont réussi un tour de force en mêlant virtuel et réel. Vous adorez les jeux vidéo ? Voici le moyen de satisfaire votre passion dans un premier temps en jouant, puis en vous inscrivant pour disposer d’un créneau permettant dans un futur proche le pilotage à distance du véhicule sous-marin téléguidé. Cette entreprise à mission doit lancer son produit en juin 2022, grâce à un financement via Kisskissbankbank.

BodyO : votre bilan de santé en 6 minutes

L’Artificial Intelligence Pod est une cabine dans laquelle un patient s’introduit pour faire un bilan de santé. 6 minutes, 26 mesures pour ce dispositif d’aide médicale imaginé pour les déserts médicaux ou les hôpitaux surchargés. En effectuant les diagnostics de base, le personnel médical se trouve ainsi soulagé de tâches simples et pourtant indispensables. Patrice Coutard est un scientifique du sport habitué aux mesures de performance, ce qui lui a donné l’idée de cette station autonome et futuriste qui va rapidement trouver ses clients.

GYOC : le végétal data center

Monica Seyfried et Cyrus Clarke ont fait le buzz avec leur concept. Partis de la constatation de la pollution induite par les données, ils ont cherché une solution afin de diminuer l’impact négatif de cette situation. Leur startup a imaginé d’insérer et stocker les données en format numérique dans l’ADN d’organismes vivants. Pour l’instant, les tests sont effectués dans des plantes. Ils ont déjà fait le buzz en transformant une boutique de fleuriste en data center, sans pour autant qu’il n’y ait d’effet néfaste sur les végétaux. A quand la forêt de science-fiction remplie de nos informations et données ?

Bambuser : shopping en vidéo streaming

Cette startup suédoise a été récompensée par le grand prix LVMH lors du salon Vivatech. Son idée révolutionne le vieux téléshopping en proposant une plateforme de shopping en vidéo streaming. Grâce à ce support, les marques peuvent organiser des sessions de shopping spécifiques pour certains clients et influenceurs. LVMH utilise déjà cette technologie pour certaines de ses marques et accompagne la startup jusqu’à la fin de l’année au sein de l’incubateur Station F.

Aquilae : la vidéoprotection intelligente

La startup fondée il y a quatre ans dans l’Aube agit dans le cadre de la cybersécurité et plus précisément de la sécurité urbaine. Elle permet de faciliter la gestion des caméras de surveillance grâce à un système d’occultation qui garantit un respect strict de la législation. En bref, les autorités peuvent suivre les activités illégales sans prendre en compte les zones privatives telles que fenêtres ou balcons. Un test grandeur nature est en cours en Moselle, un signe positif pour les trois fondateurs, Jean-Marie Bailly, Akram Ben Halima et le Pr Hichem Snoussi.

E.S.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Tapez votre commentaire
Entrez votre nom ici

dix-neuf + dix =