Grâce à une position géographique particulière, le chef-lieu du Xinjiang Urumqi se contente de son port international sec pour booster davantage le développement de la Région autonome ouïghour du Xinjiang. Aujourd’hui, des milliers de tonnes des marchandises sont exportés vers l’Asie centrale et l’Europe à travers le port sec d’Urumqi. Cette infrastructure qui fait de la ville d’Urumqi le fleuron de l’économie du Xinjiang, en y apportant près de la moitié au PIB du Xinjiang.

Depuis la création en 2015 avec un montant d’une vingtaine milliards de yuans, ce port est devenu aujourd’hui l’un des cinq ports pilotes sur lesquels compte beaucoup la Chine pour son développement. Au sein de l’ouverture de la Chine, Urumqi est d’abord et avant tout le fleuron de l’économie chinoise, avec une forte contribution au PIB du Xinjiang. Il faut noter que même au temps fort de la pandémie de COVID-19, les trains de fret Chine-Europe à partir d’Urumqi n’avaient pas connu le frein.

A l’heure actuelle, le port sec est doté de 21 lignes internationales fonctionnant chaque année et assurant le transport de plusieurs produits des industries chinoises, notamment les matériels électroniques et les pièces de rechange pour les véhicules. Depuis le début de l’année 2020, Urumqi a déjà assuré plus de 11 000 fréquences de frets vers l’extérieur de la Chine, soit une croissance de 54% par rapport à l’année 2019 !

LAISSER UN COMMENTAIRE

Tapez votre commentaire
Entrez votre nom ici

5 × quatre =