La célèbre marque spécialiste du sport se lance en partenariat avec Chamatex pour créer en 2021 l’Advanced Shoe Factory 4.0, une nouvelle usine de fabrication de chaussures à Ardoix en Ardèche. Une excellente nouvelle pour le Made in France !

Ce projet de Chamatex, acteur réputé de la fabrication textile, a su rassembler plusieurs marques françaises. Son ambition est de créer une usine intelligente, automatisée, proche des grandes zones de clientèle. Le groupe Chamatex a donc ouvert son projet à son voisin d’Annecy, Salomon, installé sur place depuis 1947. Une démarche logique puisque les deux entreprises ont déjà lié une relation ancienne. Un accord a rapidement été conclu entre les deux partenaires.

Le nouveau « bébé » se présente bien

Ce partenariat tombe à pic en cette période où l’on parle de relocalisation et de proximité. Une occasion en or pour Salomon de rapprocher une partie de sa production, une ambition déjà présente dans la stratégie de la marque, mais difficile à mettre en place. Car le projet a déjà des qualités remarquables : sa naissance va permettre une production dont les chaînons logistiques seront raccourcis ce qui palliera plus rapidement d’éventuelles ruptures de stock. La proximité permet également une meilleure souplesse en matière d’innovation.

Une robotique de pointe

Cependant, le principal argument réside dans la robotique et la ligne automatisée conçue par Siemens. Cette nouvelle technologie permet ainsi de mieux se positionner par rapport à la concurrence des pays asiatiques et de poursuivre dans la voie de chaussures de sport personnalisées. Plus de droits de douane, moins de transport, moins de stockage, voici de quoi compenser les coûts supérieurs de main d’œuvre. En bref, des coûts et un bilan carbone amélioré. Et du « fabriqué en France », une aubaine pour le marketing !

Un projet créateur d’emplois

Une quarantaine d’emplois qualifiés seront créés pour ce nouveau site de production. La première pierre a été posée le 17 septembre dernier, pour une naissance programmée en milieu d’année prochaine. Le business plan prévoit une production de quelques 500 000 paires de chaussures d’ici cinq ans, dont la moitié à marque Salomon. L’autre moitié ira vers d’autres partenaires de Chamatex. En effet, d’autres entreprises sont également parties prenantes dans l’usine ASF 4.0 : Babolat et Millet. Chacun ses produits et ses concepts, mais un partage en matière de savoir-faire de production.

Des frères et sœurs ?

Salomon envisage ce mouvement comme une première. Si le test s’avère positif, rien n’empêchera le groupe d’investir vers d’autres usines proches de ses marchés de consommation, en Europe comme sur d’autres continents, américain ou asiatique. D’autant que Salomon a pour projet de lancer une nouvelle ligne de sneakers pour les commercialiser dans la centaine de boutiques dont elle dispose dans le monde. A noter que dans un premier temps, les semelles des chaussures de sport seront fabriquées ailleurs, mais une extension est prévue prochainement afin de les produire à partir d’un fichier numérique.

Toute une région mobilisée

L’initiative lancée par Chamatex a reçu l’adoubement des officiels. Laurent Wauquiez, le président de la région, a d’ailleurs profité de l’occasion pour donner son soutien afin de « défendre la production industrielle pour reconquérir le marché ». Cette évolution a sans doute plu à l’ancien dirigeant de Salomon qui a quitté l’entreprise en décembre dernier. En effet, Jean-Marc Pambet a doublé la taille de Salomon en dix ans en diversifiant ses activités. L’année 2020 marque décidément un nouveau départ dans l’histoire de l’entreprise : nouveau dirigeant, nouvelle usine, nouveau propriétaire pour Amer Sports, propriétaire de Salomon, voici le temps de tous les possibles. De nouvelles aventures dignes de la devise du fondateur, le savoyard Georges Salomon : « Je suis fasciné par ce que je ferai demain ». Le moins que l’on puisse dire c’est que c’est réussi…

E.S.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Tapez votre commentaire
Entrez votre nom ici

treize + dix =