Saint-Malo : Beaumanoir, roi du prêt-à-porter, passe au e-commerce

Roland Beaumanoir, le self-made man malouin de 73 ans poursuit sur sa lancée et investit dans un entrepôt robotisé, unique en France à une heure de Paris. Avec les marques Cache-Cache, Morgan ou Caroll, le Corsaire de la mode  a doublé de taille en trois ans.

A Pourpry dans la Beauce se trouve le hub logistique de C-log, du groupe Beaumanoir. Ces entrepôts gèrent la logistique des produits du groupe textile, spécialisés dans les livraisons de vente en ligne. Cette filiale dispose également d’installations à Saint Malo, siège du groupe, et à Cambrai. Elle génère déjà 10% du chiffre global.

Beaumanoir a décidé d’investir rien de moins que 10 millions d’euros sur ce site en investissements technologiques. Plus précisément, Cette somme est allouée à la conception et la fabrication de robots afin d’améliorer le système de traite-ment des commandes internet. L’objectif avait été donné par le dirigeant, Roland Beaumanoir : parvenir à livrer avant 10h toute les commandes passées la veille avant 19h.

Un mouvement que la pandémie n’a fait qu’accélérer, les ventes en boutique s’étant effondrées durant le confinement pendant que les des robots. Mais le monde d’après s’il n’est pas toujours très visible, existe bel et bien. La preuve en est que la direction de Beaumanoir a opté pour la solution made in France.

C’est donc à Saint Malo qu’est revenu l’honneur de développer et fabriquer ces nouveaux robots capables d’aller chercher les vêtements en zone de stockage pour des commandes de plusieurs articles. Les robots envoient ensuite chaque commande dans la zone d’emballage. L’automatisation de ce dernier stade est prévue dans un futur proche.

Il s’agit d’un volet stratégique pour le groupe qui a annoncé fin d’année dernière qu’il souhaitait obtenir un quart de ses ventes via internet d’ici trois à quatre ans.

70 À 400 machines

70 robots ont été déployés jusqu’à pré-sent qui gèrent 50 000 commandes. Ces tests sont réalisés sur 3 marques du groupe, Cache-Cache, Bréal et Bonobo. D’ici la fin de l’année, le nombre sera de 200. Et ce n’est qu’une première étape, C-Log a annoncé son objectif final : 400 robots au total travailleront sur le site. Cette stratégie de robotisation va également donner lieu à des recrutements. La trentaine de salariés actuels devraient quasiment doubler si la croissance du e-commerce se poursuit.

Ambition

Évoluant sur le secteur complexe du prêt-à-porter, le groupe Beaumanoir réalise un chiffre d’affaires de 1,1 milliard d’euros, emploie 13 000 salariés et compte plus de 2500 points de vente. Et les prévisions sont au beau fixe même si le textile n’est jamais un secteur bien tranquille.

Le groupe est resté familial depuis sa création, il investit en interne et externe sans distribuer de dividendes à la famille. L’approvisionnement se fait en grande partie en Asie. Rapatrier la fabrication des vêtements provoquerait immédiatement une hausse d’au moins 20% des prix et une chute des ventes. La discrétion exemplaire de Roland Beaumanoir a été mise à mal, car il vient de recevoir le prix de la personnalité de l’année de la part du magazine spécialiste de la distribution LSA dans la catégorie distributeur non alimentaire.

Il faut dire que le groupe vient de racheter coup sur coup deux entreprises, la Halle en 2020 et Caroll en 2021, prouvant sa bonne santé et son dynamisme. Son plan est clair et articulé autour de trois pôles sur le secteur du prêt-à-porter : les petits prix (la Halle), le cœur de marché (Vib’s, Cache-Cache, Bonobo et Bréal) et le premium accessible (Morgan et Caroll).

Même s’il a décidé d’investir dans 3D Tex, qui fabrique de la maille à Saint-Malo, Roland Beaumanoir est parfaitement conscient que la re-localisation des vêtements se situant sur le segment des petits prix et sur le cœur de marché est une posture difficile. L’Institut Français de la Mode a mis en avant que de 2007 à 2020, le marché du textile en France avait perdu 30% de sa valeur, mettant par là même en lumière l’impossibilité de produire en France à moins de transformer la nature de l’offre et changer de positionnement en allant sur des prix plus élevés et cesser de s’adresser.

Adaptation et bon sens

Survivre et même se développer sur un marché aussi compétitif constitue donc une vraie prouesse. Epaulé par son directeur général Jérôme Drianno, Roland Beaumanoir a toujours dirigé le groupe avec un vrai bon sens commerçant, très terrain qui a permis de résister à la grave crise du textile, sans pour autant empêcher les mouvements d’attaque et la croissance externe.

Ce membre du fameux Club des Trente est un fan de son fief de Saint-Malo, sa force réside dans ses racines, mais aussi dans sa capacité à rester tourné vers l’avenir. Il y a quelques années, il a ainsi renouvelé le profil des administrateurs du groupe, passant d’un profil classique à un profil plus technologique, sans jamais oublier le pilier du groupe : l’obsession du client. Roland Beaumanoir sait de quoi il parle, lui qui est né dans un étage situé au-dessus de la boutique familiale d’une rue commerçante de la cité corsaire.

Claudio Flouvat

LAISSER UN COMMENTAIRE

Tapez votre commentaire
Entrez votre nom ici

cinq × 4 =