Christiane Taubira

Alors qu’un remaniement du Gouvernement est imminent, nul ne sait en réalité l’importance que revêtira ce « nouveau chemin » évoqué par Emmanuel Macron lors de sa dernière allocution.

Simple jeu de chaises musicales ou changement radical du Gouvernement ? A l’Élysée, chacun en est conscient : un simple changement de ministres ne suffira pas à incarner de « changement ». On se diriger donc vers un changement de Premier Ministre, seul signe fort capable de redonner un nouveau souffle à la Présidence Macron.

Même Édouard Philipe, revigoré par des sondages qui font le lui le dirigeant français le plus populaire du moment est résigné. Il l’a confié à ses proches : il devrait retourner dans sa ville du Havre dans les prochains jours.

Emmanuel Macron multiplie les consultations, notamment auprès de François Bayrou, pour tenter de trouver le remplaçant idéal d’Édouard Philippe

Le candidat idéal… est une candidate : une femme à la fibre sociale et écologique, capable de de gérer une majorité capricieuse et de l’emmener vers les prochaines élections présidentielles.

Trois noms reviennent avec insistance : Florence Parly, ministre des Armées, dont Emmanuel Macron apprécie la rigueur. Ancienne Secrétaire d’État au budget sous Lionel Jospin, Florence Parly a su en un temps record pacifier les relations avec les Armées, mises à mal par Emmanuel Macron dès le début de son quinquennat.

Autre nom, plus surprenant, qui circule avec insistance : Christiane Taubira. Autant adulée par les sympathisants de gauche que rejetée par la Droite, elle incarnerait un signal fort d’apaisement adressé aux classes populaires. Mais à l’intérieur même de la Majorité, Christiane Taubira inquiète : saura-t-elle se plier à la discipline de Gouvernement ? Acceptera-t-elle d’incarner le « en même temps » macronien, plus libéral que social ?

Un temps envisagé par la présidence, le cas de Marlène Schiappa aurait été écarté : trop inexpérimentée, trop clivante, trop marquée « bobo ».

Et si Emmanuel Macron, tenté par un « coup », finissait par choisir une inconnue du grand public ? Le nom qui revient le plus souvent est celui de Laurence Tubiana. Âgée de 68 ans, cette universitaire est respectée par les Verts pour avoir organisé de main de maître, en 2015, la COP21, la Conférence de Paris sur les changements climatiques. Titulaire de la chaire de développement durable à Sciences-Po, elle dirige également Conseil d’administration de l’Agence française de développement ainsi que la prestigieuse European Climate Foundation.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Tapez votre commentaire
Entrez votre nom ici

4 × 2 =