Le Made in France a le vent en poupe. De plus en plus d’entreprises ont compris l’intérêt de capitaliser et de communiquer autour de ce concept. Nouveaux labels, salons spécialisés, communication en ligne : plusieurs stratégies se développent depuis deux ans autour du made In France.

Made In France : la stratégie encore floue des labels

La création  de

label Origine France Garantie

par l’Association Pro  France répond à deux préoccupations  : 
– permettre au consommateur  qui souhaite connaître  l’origine d’un produit d’avoir  une information claire et  transparente, et éventuellement  d’arbitrer sur ce critère;
– permettre aux entreprises  qui souhaitent valoriser le maintien, le développement  ou le retour d’activités productives en  France de le faire de manière efficace, sur le marché  intérieur comme sur les marchés d’export.  Or, à la différence d’autres champs d’intérêt du  « consomm’acteur », aucune labellisation transversale  et certifiée de l’origine n’existe en France. 

L’agriculture biologique a le

label AB

, tandis que  l’

éco-label européen

apparaît sur des produits et  pour des services répondant à certains critères  environnementaux. Rien de tel en matière de référence  à l’origine. 

Les mentions de type « Made in France », « Fabriqué  en France » ou « Origine France » ne revêtent  aucun caractère d’obligation (sauf sur certains  produits dont le nombre est très limité : miel,  huile d’olive, fruits et légumes…). Elles souffrent  de multiples faiblesses et notamment, dans certains  cas, d’usages peu scrupuleux de mentions  qui peuvent induire le consommateur en erreur. 

Pour beaucoup d’entreprises, ces faiblesses démonétisent  largement la mention « Made in France ».  Pour un nombre croissant de consommateurs,  les détournements dont la presse s’est souvent  fait l’écho ont jeté le soupçon sur les mentions de  ce type.

Ce constat a conduit un certain nombre de professions et de fédérations à construire ou à  projeter la construction de référentiels propres à  leurs métiers. 

Le projet porté par l’association Pro France vise à  répondre à ces besoins en créant la marque transversale  qui, diffusée sur le maximum de produits,  sera plus visible et plus rapidement connue du  consommateur. Cette démarche large doit aussi  permettre d’organiser, après la phase d’expérimentation  et de lancement, des opérations de  communication pour la marque et les produits  qui la portent. 

Quel est l’intérêt d’une labellisation Made in France

?
La marque Origine France Garantie notamment  s’appuie sur un référentiel rigoureux établi en  2011 par le numéro 1 mondial de la certification,  Bureau Veritas Certification. Le choix du nom et  du logotype répondent à des préoccupations :

– La transversalité : « Origine France Garantie »  doit pouvoir aider à la valorisation de produits  naturels bruts, de produits naturels transformés  et de produits industriels, y compris les plus élaborés,
– L’efficacité du message : le nom doit à la fois être  écrit en français et être immédiatement compréhensible  par un consommateur anglophone. Il  est la synthèse des engagements correspondant  au cahier des charges,
– La capacité d’adaptation : sur un socle commun,  avec des conditions d’utilisation clairement  définies, le logo, monochrome, doit pouvoir être  adapté aux chartes graphiques des entreprises qui  l’utilisent. 

Un Tour de France du Made in France pour sensibiliser

Sophie et Romain, initiateurs du

Tour de France du  Made in France

.  Mais il n’y a pas que les labels pour sensibiliser  la population française sur ce sujet.

Deux trentenaires,  Sophie Babaz, journaliste, et Romain,  photographe designer ont eu l’excellente idée de  partir en 2015 pour un « tour de France du made  in France », un road trip de 4 mois et demi à travers  d’hexagone à la rencontre d’une trentaine  d’entreprises se réclamant du « Made in France ». 

Des histoires d’entrepreneurs audacieux, des témoignages  de salariés fiers de leur boulot, des  coups de gueule et des coups de coeur de ceux  qu’ils rencontrent sur leur route, c’est tout cela  qu’ils racontent sur leur site : www.tourdefrancedumadeinfrance.fr

Au rythme d’une à deux entreprises visitées par  semaine, relayés par leur blog sur le site Rue89 et un profil  Facebook, c’est le carnet de bord multimédia  de ce voyage qu’ils proposent. Pour eux, parler  de Made in France, c’est aussi une façon d’ouvrir  une fenêtre de réflexion sur la mondialisation, la  production industrielle, nos modes de consommation,  l’avenir des territoires ruraux que nous  traversons, le sens du travail, etc… 

Une jungle de labels

Les enquêtes sur la jungle des labels « Made in  France », les comparatifs franco-allemand sur  la compétitivité de nos industries, les statistiques  à gogo et les expertises d’experts, ils s’en  « fichent ». D’autres le font déjà. Bien sûr, ils sont  partis en route avec des coupures de presse plein  des poches, des chiffres en tête, des lectures, des  questions existentielles… mais ils veulent rester  légers pour découvrir humainement et simplement  cette France qui fait du bien.

Un financement  participatif KissKissBankBank leur a permis  de démarrer. Une soixantaine de donateurs ont  contribué à ce périple à hauteur de 6 000 euros.  Des partenaires privés les soutiennent également. 

Un portail Internet dédié au Made in France

D’autres initiatives méritent d’être saluées comme  celle de Fabienne Butin, créatrice du portail  Madine France. Créé en janvier 2009, www.madine-france.com, premier annuaire de la fabrication  française, est le site le plus complet du web  consacré au savoir-faire français.

Remarqué et  présenté par « Que Choisir » comme le plus précis  des sites sur cette thématique, il est en première  page de Google. Loin de se limiter au 100%  fabriqué en France, tout en le distinguant, Madine  France soutient que la transparence est la  meilleure solution pour conquérir et fidéliser des  consommateurs de plus en plus exigeants.

« Se  rassembler pour communiquer une information  juste, claire et précise dans une démarche cohérente,  c’est le but que nous nous sommes fixé. Imaginez  la puissance communicative d’un support qui  rassemble toute la fabrication française ! » résume  Fabienne Butin, créatrice du site.   Le portail informe sur  les produits fabriqués  en France par des entreprises  de toutes nationalités, et en un clic dirige  le consommateur, professionnel ou particulier,  vers l’entreprise fabricante pour un achat en ligne  ou via la liste des points de vente à proximité des  internautes.

Acheter « Fabriqué en France » mais quoi et où ?

Premier site à mettre en contact fabricants  français et consommateurs, il répond à  la préoccupation de particuliers ou professionnels,  consommateurs responsables à la recherche  de produits de fabrication française, soucieux de  leur environnement, acteurs du développement  durable, solidaires envers les salariés, pensant à  tort que la France ne produit plus rien ou presque  et qui se pose la question : « Acheter « Fabriqué en  France » mais quoi et où ? »  Madine France est née de la conviction que les  consommateurs sont les meilleurs alliés des entreprises  qui fabriquent en France et vice-versa. 

Sa fondatrice explique : « Les nombreux témoignages  des fabricants et consommateurs que j’ai  recueillis depuis 8 ans montrent qu’il est bien difficile  de définir de manière juste, cohérente et efficace  ce qu’est un produit Made in France (sauf  pour le 100%, qui ne peut être la seule réponse à la  relance de l’économie). Etablir des critères trop rigoureux  revient à restreindre l’offre Madine France  au lieu de l’élargir. Les 65 % de consommateurs qui  seraient prêts à privilégier les produits fabriqués en  France n’ont pas tous la même motivation.

Or, il  est important de prendre en considération toutes  les attentes, sociales, environnementales et qualité.  Je suis convaincue qu’il faut voir les choses sous un  autre angle. La reconnaissance d’un statut de fabricant  français ajoutée à une information sur la  provenance des composants, me semble plus judicieuse  pour soutenir les entreprises qui fabriquent  en France. La transparence c’est maintenant et c’est  urgent ! » 

Un salon 100% Made in France

Autre initiative, celle de Fabienne Delahaye et  Marc Szperling qui ont créé le MIF expo en 2012.  Sur ce salon du « Made in France » qui s’est tenu  pour la 3ème année consécutive, en novembre  2014 à la Porte de Versailles, les organisateurs ont  surtout tenu à démontrer que : « Acheter Made in  France, c’est moins coûteux » : 
– Acheter français, c’est moins couteux pour l’emploi  : l’importation de produits à bas prix accentue  la désindustrialisation de l’économie française  et nous en payons tous le prix fort ; 
– Acheter français, c’est moins couteux pour l’environnement  : acheter des produits fabriqués limitent  les émissions de CO2 liées aux transports  de marchandises provenant du bout du monde ;
 – Acheter français, c’est moins couteux sur toute la  durée de vie d’un produit : sans service après vente  identifiable on ne peut pas réparer un produit qui  se révèle défectueux.
Renouveler systématiquement  son achat devient vite plus onéreux ;  – Acheter français, c’est moins couteux pour la  santé : privilégier des produits dont l’origine est  connue, soumis à une réglementation sanitaire et à  des contrôles rigoureux, c’est, pour le consommateur,  un moyen très concret de protéger sa santé. 

Par exemple, selon MIF Expo, et avec des preuves  à l’appui, « un jean « Made in France » génère entre  trois et sept fois plus d’emplois qu’un jean fabriqué à  l’étranger ».

« Acheter français fait travailler tout un  réseau de fournisseurs de rang 1, allant dans ce cas  des boutons, fermetures éclairs, tissage ou teinture, et  aussi de rang 2, comme les propriétaires qui louent  leurs usines, les avocats qui conseillent les fournisseurs  ou les comptables », insiste Fabienne Delahaye,  la créatrice du salon, évoquant un « effet papillon »  des achats de produits français qui bénéficient à  plusieurs secteurs d’activité.

« Pour un euro investi  dans un vêtement Made in France, 2,50 euros au minimum  seront réinjectés dans l’économie française. »  Bref, vous l’aurez compris, même s’il y a forcément  des limites à une stratégie « Made in  France », il est clair aujourd’hui que toutes les entreprises  françaises qui surfent sur cette tendance  – notamment dans le luxe, la restauration et la  gastronomie, l’agroalimentaire, la mode… – ont  déjà gagné des parts de marché et, ce n’est qu’un  début.

Véritable atout en termes de marketing et  de croissance, le Made in France peut également  être un bon outil de management, s’il est utilisé  comme vecteur de communication interne et externe. 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Tapez votre commentaire
Entrez votre nom ici