Entrepreneure dans le digital depuis l’adolescence, Marie Argence est à la tête de MaComAgency, agence de marketing d’influence qui propose aux marques de mesurer le retour sur investissement des campagnes menées avec les influenceurs et les media. Rencontre avec une experte de l’image et des réseaux sociaux pour comprendre le rôle et l’impact du marketing émotionnel.

Vous avez 31 ans aujourd’hui mais avez démarré très jeune dans l’entrepreneuriat. Racontez-nous votre parcours.

Marie Argence : Je me suis lancée dans la vie active à l’adolescence, dès le lycée, parce que j’étais une passionnée de musique. A l’époque, j’ai lancé le premier forum de fans du groupe Tokio Hotel, puis j’ai créé ma toute première structure à l’âge de 18 ans, avec mon simple bac en poche. La maison de disques Warner m’a alors sollicitée pour développer des stratégies d’influence pour Alanis Morissette et Simple Plan. J’ai ensuite accompagné le développement de la communauté de Lady Gaga et continué à construire mon expertise numérique et des relations publiques, avant d’intégrer les équipes d’Universal Music. En 2012, j’ai lancé MaComAgency, spécialisée en marketing d’influence et en relations presse.

Qui vous a communiqué cet esprit d’entreprendre ?

M.A. : Mon père était entrepreneur, mais je ne me suis jamais dit que j’allais suivre ses pas. C’était plutôt un état d’esprit en effet. Je ne me suis jamais fixé d’objectif ni de limites, j’ai juste su saisir les opportunités et j’ai eu la chance de rencontrer les bonnes personnes au bon moment, comme

Lady Gaga, alors que je n’avais que 18/19 ans. Elle m’a fait confiance à l’époque, puis tout s’est enchaîné pour moi.

Experte en communication, RP et social media, vous vous êtes très vite spécialisée sur les relations d’influence. Pourquoi ce positionnement ?

M.A. : En fait, ce que j’aimais le plus dans mon métier de communication et de marketing digital, c’étaient les relations avec les journalistes puis avec les influenceurs, car j’inclus désormais les réseaux sociaux dans les media. J’ai pu ainsi construire avec les années une solide expertise digitale et comprendre comment l’influence en ligne fonctionne. Avec mon équipe d’une dizaine de collaborateurs, nous créons et proposons ainsi à aux clients de MaComAgency des campagnes digitales qui placent le marketing émotionnel au cœur des stratégies de communication et de leurs retours sur investissement. Car au-delà des story-telling, on peut aujourd’hui par des statistiques analyser en résultats chiffrés les effets des campagnes d’influence, et parvenir à des ciblages de plus en plus pointus.

Vous avez pour cela créé un outil digital « Visions of Joana » pour mesurer l’impact des campagnes d’influence.

M.A. : Il n’existait pas sur le marché d’outil d’analyse marketing combinant statistiques d’audience et analyses émotionnelles. J’ai donc eu cette idée de développer une technologie propriétaire d’analyse d’audience et de retour sur investissement mesurant l’impact réel d’une campagne marketing en ligne. Cet outil que j’ai appelé « Visions of Joana » permet un ciblage local, national et international des campagnes menées sur les réseaux sociaux : Facebook, Instagram, Snapchat, Twitter, YouTube, LinkedIn, Pinterest, TikTok, 21 Buttons. Ce premier outil d’analyse marketing associe statistiques d’audience et analyses émotionnelles générées par les campagnes d’influence digitales menées tant au niveau local que national ou international, le tout dans un parfait respect de la législation et du RGPD.

Quel est votre objectif à travers cet outil ? Quels bénéfices pour les entreprises qui l’utiliseront ?

M.A. : Il est de montrer aux marques qu’un retour sur investissement des campagnes menées avec les influenceurs et les media est mesurable et que ces informations pérennisent le développement d’une entreprise à long terme. L’outil aide à délivrer des messages parfaitement adaptés à chaque cible. Le discours de la marque et celui des influenceurs ambassadeurs sont optimisés et transforment une intelligence émotionnelle en chiffre d’affaires concret.

En suivant, en temps réel, les actes d’achat des consommateurs, les entreprises peuvent ainsi évaluer l’influence réelle des créateurs de contenus, leur performance quant à la marque avec qui ils collaborent, le taux de transformation généré par leur audience et la pérennisation de la fidélisation des consommateurs.

Vous êtes l’une des premières à parler de « marketing émotionnel » ? C’est une nouvelle donnée que toutes les entreprises devraient aujourd’hui prendre en compte pour performer ?

M.A. : En fait, le marketing émotionnel a toujours existé, puisqu’il s’agit de générer de l’émotion pour attirer et fidéliser le consommateur. L’impact d’une bonne communication passe forcément par l’émotion. Ce qui a changé, c’est que grâce aux réseaux sociaux et au digital, il y a de moins en moins de barrières et donc de distance entre les marques et les consommateurs. Aujourd’hui, toutes les marques utilisent les social media, mais sans comprendre comment marche le marketing d’influence.

Notre agence leur apporte au travers des campagnes proposées de la créativité basée sur le marketing émotionnel, qui permet de cibler le bon message aux bonnes personnes, tout en leur offrant un outil d’analyse marketing combinant statistiques d’audience et analyses émotionnelles. Le marketing devient ainsi prédictif.

Vous êtes actuellement en pleine levée de fonds pour cet outil. A quoi va servir ce financement ?

M.A. : L’outil « Visions of Joana » existe et est déjà opérationnel. La levée de fonds permettra d’ajouter, aux fonctionnalités existantes, des capacités poussées de mesure réelle de l’engagement des audiences, d’analyse émotionnelle et la création d’un espace dédié aux influenceurs. Ce dernier leur permettra de s’enregistrer directement sur la plateforme, d’être contacté pour des prestations de créateurs de contenus et de bénéficier d’analyses de leur propre profil. Les 3 millions d’euros levés auprès d’investisseurs privés et de partenaires opérationnels permettront de commercialiser l’outil sur un marché de l’influence et de l’analyse émotionnelle largement porteur.

Quelle est la taille de ce marché aujourd’hui ?

M.A. : De 6,7 milliards de dollars en 2019, il est estimé à 20 milliards en 2020. Aujourd’hui, 85 % des entreprises utilisent le marketing d’influence et le marketing digital globalement pour sensibiliser, au quotidien, 4,2 milliards d’internautes et les 3,4 milliards d’utilisateurs des réseaux sociaux dans le monde. De plus, le chiffre d’affaires du secteur de la communication en France représente 32,3 milliards d’euros. Enfin, 23 millions d’annonceurs en Europe sont autant d’utilisateurs potentiels de la toute première solution de mesure d’efficacité des campagnes digitales grâce aux émotions qu’elles génèrent.

Propos recueillis par Valérie Loctin.

1 COMMENTAIRE

  1. Le marketing émotionnel n’existe pas depuis toujours et surtout Marie Argence n’est absolument pas l’une des premières à en parler… si vous aviez lu « Tout savoir sur le marketing émotionnel » que j’ai écrit en 2013, vous n’auriez pas commis cette erreur. D’autant que bien avant moi d’autres auteurs se sont penchés sérieusement sur la question (Damasio par exemple). Confondre l’influence des « instagrammeuses » et le marketing n’est pas sérieux. Chacun son métier. Le marketing n’est pas réduit à la publication de contenus sur des réseaux sociaux, fort heureusement…

    je suis à votre disposition pour un « droit de réponse » en quelque sorte, qui réhabilitera les métiers du marketing, au-delà du succès d’entrepreneuse de Marie, pour qui j’ai le plus grand respect …

    Merci d’avance

    Patrice

    marketingemotionnel.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

Tapez votre commentaire
Entrez votre nom ici

quinze + 7 =