Exploiter le Big data pour créer de la valeur est à la portée des PME. Explications de Jean-Christophe Gougeon, responsable Big Data chez Bpifrance

Qu’est-ce qu’un projet data ?

Jean-Christophe Gougeon 

: Pour Bpifrance, le sens profond d’un projet data ne concerne pas tant la technologie que la transformation de l’activité de l’entreprise par la data.

À l’ère du commerce en ligne, des réseaux sociaux, des objets connectés, des applications mobiles et du temps réel, un projet data exploite les perspectives uniques et concrètes qu’il est désormais possible de recueillir sur les clients, les produits, les opérations pour réorganiser les processus de création de valeur de l’entreprise, BtoB comme BtoC, afin de découvrir de nouvelles opportunités de monétisation.

Un projet data, c’est avant tout un processus organisationnel qui consiste à mettre les données au cœur du fonctionnement de l’entreprise.

En quoi est-ce important pour une PME d’avoir un projet data ?

Les modèles, les données et les nouveaux algorithmes (à base d’intelligence artificielle, de machine learning, de réseaux de neurones…) sont au cœur de la guerre compétitive actuelle, car ils offrent la capacité de transformer l’expérience client tout en optimisant la productivité des entreprises.

Il y a 10 ans, lorsqu’on parlait de transition numérique, il s’agissait de numériser des processus pour optimiser les flux d’information entre les équipes, les clients et les fournisseurs. La transformation numérique vue comme une promesse d’optimisation. Désormais, les nouveaux modèles mathématiques et algorithmes prédictifs couplés aux systèmes d’information transforment radicalement la manière d’adresser et de livrer le client.

Ils créent de la valeur grâce à une expérience utilisateur renouvelée, couplée à un processus opérationnel sans faille. Ils remodèlent de fond en comble les “business models”, y compris dans les métiers traditionnels.

 

N’est-ce pas un projet trop complexe pour une PME ?

C’est un projet complexe et ambitieux parce qu’il touche à la fois à la technologie, à l’organisation, au modèle économique et, au-delà, à la culture de l’entreprise.

Une enquête récente auprès de 5.000 PME a montré que 80% d’entre elles n’ont pas conscience de cette réalité, de l’opportunité d’améliorer leur compétitivité, leurs marges, de proposer de nouveaux services et de fidéliser leurs clients au risque de se faire “ubériser” par une concurrence plus prompte à utiliser ces nouvelles technologies. L’urgence est donc à la “sensibilisation” afin de permettre à nos PME de se lancer à l’assaut du Big Data.

Comment déploie-t-on ce type de stratégie ?

JCG : La question fondamentale qui se pose à l’entreprise est : comment exploiter le Big Data pour améliorer ses processus de création de valeur ? Dans un premier temps, il s’agit de comprendre comment des leviers techniques spécifiques au Big Data (données transactionnelles structurées, données non structurées internes et externes, données en temps réel, intégration de l’analyse prédictive dans les process métiers clés…) peuvent impacter l’activité de l’entreprise.

Dans un second temps, il faut analyser comment ces leviers pourraient être appliqués à une initiative métier spécifique. Bpifrance propose d’ailleurs un accompagnement personnalisé pour toutes les entreprises désireuses de se lancer dans le déploiement d’une telle stratégie. Chacune d’entre elles peut demander un premier “diagnostic stratégique Big Data”, financé à 50% par Bpifrance et accessible en ligne sur le site pme-bidgata.fr.

Cela peut-il être un accélérateur de croissance ?

JCG : Les nouveaux modèles mathématiques, les data et les algorithmes représentent à la fois l’actif stratégique (le nouvel or noir) des géants du numérique (GAFAs) et l’infrastructure favorable à l’émergence de start-up qui connaissent souvent des régimes “d’hyper-croissance”.

Ils constituent également un formidable tremplin de croissance pour des PME/ETI issues de secteurs plus “traditionnels” : L’Argus (le journal automobile), Parkeon (gestionnaire de parkings) ou DesBrasEnPlus (société de déménagement) en sont de très belles illustrations.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Tapez votre commentaire
Entrez votre nom ici