Le géant chinois des télécoms confirme son projet d’implantation de sa première usine hors de Chine à Brumath (Bas-Rhin). Huawei va y investir 200 millions d’euros. Un choix étonnant à l’heure où de nombreux pays sont vent debout contre l’emprise de Huawei dans la 5G.

C’est une décision qui ne date pas d’hier. La construction d’un site de production dans l’Est de la France a été entérinée en 2019, avant que Huawei ne soit l’objet d’une campagne de boycott menée par les États-Unis. En posant un pied en France, Huawei s’implante en Europe, à proximité de l’Allemagne. Le Vieux continent est l’un des marchés prioritaires de la multinationale chinoise. Ainsi positionné au centre de l’Europe, Huawei pourra se déployer plus facilement à travers tout le continent.

Une croissance de 15 % en France

L’usine alsacienne qui ouvrira ses portes en février 2021 devrait accueillir près de 300 salariés. Selon l’entreprise, les effectifs pourraient rapidement passer à 500. Huawei possède déjà plusieurs antennes en France, notamment à Paris ou Nice, principalement axées sur la R&D. On peut estimer à un millier le nombre de personnes travaillant déjà pour Huawei dans l’Hexagone. En 2020, le groupe chinois affiche une croissance à deux chiffres (15 %) sur le marché français.

La nouveauté, c’est le choix du géant chinois de produire en France du matériel destiné à développer des réseaux 4G et 5G dans l’Hexagone, et ce alors que les tensions commerciales entre la Chine et les Etats-Unis sont à leur apogée. Certains pays (Etats-Unis, Suède, Royaume-Uni…) ont durci le ton en excluant Huawei de leur infrastructure 5G.

A lire aussi : Industrie, 5G, Huawei : le diagnostic implacable de Didier Lombard

En France, des contraintes fortes s’appliquent déjà au constructeur chinois, tandis que l’Agence nationale de la sécurité des systèmes d’information a mis son veto à plusieurs projets d’installation d’antennes 5G menés par Huawei et que de nombreux experts font état de menaces en matière de cybersécurité et d’espionnage. Dans le même temps, la cohorte d’élus opposés au déploiement de la 5G s’agrandit de jour en jour. Malgré ce contexte toutes ces raisons n’ont pas poussé Huawei à renoncer à son implantation en France.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Tapez votre commentaire
Entrez votre nom ici

quinze − dix =