Alors que le marché européen du photovoltaïque connaît une crise face à la concurrence asiatique, S’Tile, spin-off du CNRS créée en 2007, va lancer une ligne de production de ses cellules baptisées i-Cell en Poitou-Charentes, en misant sur une technologie de rupture, permettant de réduire les coûts d’au moins 30%.

Ce procédé de fabrication connecte 4 cellules en série sur un même support intégré. Ce support se compose de silicium fritté réalisé à partir de poudres de silicium à bas coût sur lequel est fixée une très fine feuille de silicium monocristallin divisée en sous cellules. «i-Cell répond parfaitement à la demande des grands opérateurs du secteur photovoltaïque qui recherchent des solutions technologiques industrielles combinant à la fois une réduction des coûts et des gains de productibilité», explique Alain Straboni, président et fondateur de l’entreprise.

Si le développement a fait appel aux capitaux risqueurs (Emertec et PCI) et aux institutionnels, S’Tile a souhaité financer son site industriel pilote sur la plate-forme Wiseed.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Tapez votre commentaire
Entrez votre nom ici