L’entreprise de la famille Holder entame sa mue sur le marché français. Alors que Paul (800 millions d’euros de chiffre d’affaires, dont 44 % à l’étranger) est considéré à l’étranger comme une chaîne de restauration, il en va tout autrement en France, où le groupe nordiste reste associé à la boulangerie-pâtisserie.

« À l’étranger, avance Maxime Holder, PDG de l’entreprise, nous sommes perçus comme un restaurant : 90 % de l’activité se fait avec un service à table de plats de restauration traditionnelle. Le pain représente 0,5 % des ventes de notre plus gros point de vente à Dubaï. »

Afin de faire évoluer cette image, Paul va diversifier ses activités hexagonales. Au menu : refonte des points de vente et des cartes, importation de concepts lancés à l’étranger (Paul Le Café, Paul Express). Une vingtaine d’ouvertures sont prévues chaque année. La famille Holder, qui a perdu gros depuis le déclenchement de la crise sanitaire, juge que le groupe ne retrouvera le même niveau d’activité qu’en 2022. Cela ne l’empêche pas de rester très innovant.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Tapez votre commentaire
Entrez votre nom ici

5 × 3 =