Nation Literie s’oriente vers les circuits courts

L’entreprise, créée en 1946 dans l’Aisne, par Maurice Gamblin (qui a lui-même reprit une petite fabrique de literie créée par son père) fête cette année son 76eme anniversaire en lançant un nouveau concept, miser sur les matériaux locaux pour se renouveler.

L’entreprise vient de présenter son premier modèle, 100 % fabriqué dans les hauts de France, avec son fameux cadre en bois massif, ici du peuplier et du chêne du Tardenais, sans oublier la laine de Noyales, une production 100 % locale et responsable. Les produits seront vendus avec son circuit classique et ses 6 boutiques, sur Paris en en région parisienne et ses deux magasins dans l’Aisne.

Un lit à la carte

Nation Literie innove encore avec son concept unique, Oneiros, une machine permettant de concevoir à la carte votre lit idéal, en prenant en compte vos envies, vos besoins, mais aussi vos habitudes et vos goûts. Les prix de vente d’un lit à la carte varient de 1 200 € et plus de 5 000 €.

La société reste familiale

Maurice Gamblin va s’associer en 1980 avec une fille d’amiral, Emmanuelle Merveilleux du Vignaux… qui deviendra sa femme. De nombreux enfants sont nés et on retrouve Elie Gamblin dorénavant à la tête de l’entreprise familiale.

L’entreprise réalise entre 8 et 10 millions d’euros de chiffre d’affaires et réinjecte 900 000 € pour son développement, ne faisant pas appel à des levées de fonds ou du crédit.

Nation Literie veut aussi s’exporter et s’installer sur toute la France

Pour ce faire, elle compte sur Bpifrance et Business France pour se développer, en aidant les futurs distributeurs afin d’adopter son innovation Oneiros, l’opération coûte en effet entre 70 000 et 200 000 €. Avantage d’Oneiros, il permet de faire de très sérieuses économies en termes de stockage et donc des économies d’espaces et d’argent. On peut ouvrir une literie avec Oneiros dans un tout petit local, ce qui n’est le vas avec une literie traditionnelle.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Tapez votre commentaire
Entrez votre nom ici

dix-huit − 15 =