Inquiets pour leur avenir, les moins de 30 ans sont en quête de placements leur permettant de se construire un patrimoine en vue de la retraite. Tour d’horizon des opportunités à leur disposition avec Christèle Biganzoli, fondatrice de Ritchee, une plateforme de conseils en gestion de patrimoine et investissement.

Les jeunes sont-ils inquiets pour leur épargne ?

Le sujet de l’épargne pour la retraite chez les jeunes actifs a longtemps été écarté des préoccupations des jeunes générations. Notre pratique métier nous démontre que ce n’est plus le cas aujourd’hui. Perturbés, sinon inquiets par les nouvelles réformes retraites annoncées, les jeunes actifs gardent en tête désormais qu’ils ne peuvent compter que sur eux-mêmes.

On estime que la génération 2000 ne pourra pas espérer mieux que 65 % en moyenne de leur dernier revenu d’activité. C’est une lapalissade que de dire que plus tôt vous épargnez pour la retraite, moins l’effort d’épargne sera important pour vous.

En effet, pour un investissement pour ma retraite de 50 euros par mois avec un rendement de 3%, si j’investis à 30 ans, j’obtiens au bout de 30 ans un capital final de 28 936 euros ; si j’investis à 50 ans, j’obtiens au bout de 10 ans un capital final de 6972 euros, et il me faudra épargner 205 euros par mois pour rattraper les 20 ans perdus.

Quels conseils donneriez-vous à des jeunes qui souhaitent épargner ?

La meilleure épargne est celle qui répond à plusieurs atouts (rendement, fiscalité, disponibilité, frais, transmission). L’assurance vie et le PER vont clairement se détacher du lot pour répondre à ses objectifs à différents.

Y a-t-il d’autres placements intéressants pour préparer sa retraite ?  

Le bon sens reste de mise. L’investissement en immobilier est un socle solide de sa stratégie retraite. En effet, il est important d’utiliser le levier de l’emprunt au maximum pour développer son patrimoine. De plus, il est essentiel d’être propriétaire de se résidence principale au moment de la retraite afin d’éviter de cumuler un emprunt et une baisse de revenus, mais également de générer des revenus complémentaires peu fiscalisés au moment de la retraite :

  • Investir dans des biens loués meublés sur la fin de sa carrière statut LMNP (les amortissements se faisant sur 20 ans, mieux vaut ne pas investir trop tôt).
  • Investir dans des parts d’OPCI meublé pour les mêmes raisons que ci-dessus, mais l’amortissement se faisant au sein du fonds, la date a peu d’importance.

Enfin, je conseille de consacrer une faible partie de son épargne sur la prise de risques au sein d’un PEA boursier. Plus on est jeune, plus il faut prendre des risques : 5 à 10 % de son épargne peuvent être consacrés à une stratégie plus agressive pour espérer des plus-values boursières défiscalisées au bout de 5 ans.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Tapez votre commentaire
Entrez votre nom ici

trois × trois =