Du pur commandement, en passant par le concept de ‘ressources humaines’ jusqu’à l’entreprise libérée, les modes d’organisation et de gestion des personnes évoluent. Il s’agit toujours de développer son efficacité, en prenant en compte les attentes de son environnement…

L’homme est-il au cœur des préoccupations de l’entreprise ou vient-il compléter les compétences des machines ? Doit-on avoir une communication descendante et ascendante ou participative ? Les organisations sont-elles plus performantes sous une forme hiérarchique ou coopérative ?

L’histoire du monde économique prouve que notre société s’inspire au fil des décennies, de concepts déjà anciens et souvent éprouvés dans les sociétés dites ‘primitives’.

Un climat de compétition et de multiplication des informations

Mais alors que la machine se substitue toujours plus à l’homme, pour effectuer des taches de plus en plus complexes, et même prendre des décisions impactant la stratégie des entreprises, il est essentiel à celui-ci d’exister. L’innovation et la créativité restent des domaines où – pour le moment – l’humain ne peut être dépossédé de ses compétences. Il mobilise ainsi son intelligence et à ses émotions. C’est donc naturellement qu’au sein de l’organisation dans laquelle il travaille, il souhaite également être partie prenante.

Dans un climat de compétition, de multiplication des informations, qui nécessite une très forte réactivité et de multiples échanges, des règles – notamment les certifications qualité – apportent un cadre de fonctionnement. La sécurité dont a besoin chacun pour délivrer le meilleur de lui-même trouve aujourd’hui de nouveaux fondements dans la proximité entre collaborateurs, dans la co-construction de projets, dans les rencontres événementielles. Les nouvelles technologies, apportent une grande facilité d’interactions qui optimisent les organisations devenues communicantes.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Tapez votre commentaire
Entrez votre nom ici