Lhyfe prévoit une introduction sur la bourse d’Euronext à Paris alors que la société française vise comme objectif d’être un leader européen de la production d’hydrogène vert.

La jeune pousse nantaise, fondée en 2017, connait une croissance très rapide. Après de nombreuses levées de fonds, la start-up centrée sur l’hydrogène a finalement reçu l’autorisation de l’Autorité des marchés financiers (AMF) de son document de référence, ouvrant la voie à une éventuelle introduction en bourse.

Une première usine en France

Lhyfe a déjà sa première usine de fabrication à Bouin, en Vendée, avec l’objectif de devenir l’un des leaders européens de l’hydrogène vert. D’une capacité journalière de 300 kilos d’hydrogène, il devrait être capable d’en créer 1 tonne par jour d’ici 2023. Lhyfe revendique un portefeuille de 93 projets en France et à l’international, pour une capacité totale d’environ 5 GW, soit environ 1 600 tonnes d’hydrogène vert par jour.

Lhyfe vise à atteindre une capacité installée totale de 55 MW d’ici la fin de 2024, puis à la porter à plus de 3 GW d’ici la fin de la décennie.

D’ici 2026, la société nantaise vise à porter son chiffre d’affaires consolidé à environ 200 millions d’euros et à atteindre l’équilibre au niveau de l’EBITDA sur la base d’une capacité installée totale de 200 MW. A long terme, la marge du groupe sur le bénéfice avant intérêts, impôts, dépréciation et amortissement (EBITDA) est estimée à plus de 30%.

« D’ici 2030, nous voulons avoir une capacité installée totale de plus de 3 GW », déclare Matthieu Guesné, PDG et fondateur de l’entreprise ». « Alors que la demande va exploser dans les prochaines décennies, Lhyfe a pour objectif de devenir un leader européen indépendant dans la production d’hydrogène vert », d’après le PDG.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Tapez votre commentaire
Entrez votre nom ici

16 + 15 =