L’horloger Herbelin se lance dans la bijouterie

En 2020, Pierre-Michel Herbelin céde sa place à Maxime et Mathieu Herbelin, petits-fils du fondateur, et Cédric Gomez-Montiel et Benjamin Theurillat.

L’entreprise familiale (75 ans d’existence) et qui fabrique ses montres en France, à Charquemont, s’ouvre à une autre activité, la bijouterie, après le rachat de MRC, une entreprise située à Romans-sur-Isère dans la Drôme.

Au passage de témoin avec les nouveaux actionnaires (dont deux membres de la famille Herbelin), l’entreprise change de nom, passant de Michel Herbelin à Herbelin.

Une reprise en douceur

MRC, qui réalise ses bijoux pour Jourdan, Charles Garnier, N°3 ou encore Green Time, va rester sur son site historique, avec la totalité de ses 21 salariés, une très bonne nouvelle.

Une synergie de groupe

Cette prise de contrôle est une suite logique au développement d’Herbelin, qui souhaitait depuis quelque temps, associer montres et bijoux, le mariage parfait d’après les associés.

C’est une première également en termes de double activité. A part les grands groupes, Herbelin est l’unique horloger à proposer également de la bijouterie. L’alliance avec des partenaires historiques comme Jourdan, une très belle marque française, est très logique, en apportant une french touch supplémentaire. L’export est aussi une cible, car le groupe MRC n’a pas encore sur ce type de marché, tout reste à faire.

Herbelin va faire agir son réseau, en Angleterre, Belgique, et Afrique du Sud, où l’horloger français est déjà très implanté depuis 1970.

Avec ce mariage, le groupe Herbelin devrait voir son chiffre d’affaires passer de 20 millions à 25 millions pour l’exercice 2022, avec 76 salariés.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Tapez votre commentaire
Entrez votre nom ici

6 + cinq =