Cette fois, c’est bien la reprise pour nos jeunes pousses. Après un début de mois hésitant, cette semaine, c’est 381 millions d’euros de levés, une belle entrée en matière pour l’automne.

SparingVision – traitement contre la cécité – 75 M€

Cette jeune entreprise a déjà levé 44,5 M€ en 2020 pour son développement. Cette fois, ce sont 75 M€ qui viennent s’ajouter afin de finaliser les essais, le programme initial ayant pris un peu de retard. Les fonds serviront à débuter les essais cliniques du traitement de thérapie génique pour les personnes atteintes de rétinite pigmentaire héréditaire. Cette maladie touche actuellement plus de 2 millions de personnes dans le monde. L’entrée en phase clinique reste programmée pour 2024.

Mailinblack – protection de données – 50 M€

Ce n’est pas vraiment une jeune pousse, puisque sa création date de 2003 et il s’agit-là d’une première levée de fonds de 50 M€ afin de développer un système de protection en cybersécurité. Il faut savoir que 90% des cyberattaques débutent par un simple mail. L’entreprise marseillaise Mailinblack travaille sur un concept révolutionnaire dans le domaine et ambitionne de multiplier par quatre son chiffre d’affaires d’ici 2028.

Devialet – le son parfait – 50 M€

La pépite française Devialet, spécialisée dans le son parfait lève 50 millions d’euros. La société Devialet a déjà, par le passé, effectué de nombreuses levées, 40 M€ en 2012, 100 M€ en 2016.

Elle souhaite, avec cette nouvelle levée de fonds, jouer enfin dans la cour des grands, occupés actuellement par les asiatiques et les Américains.

Gojob – intérim – 23 M€

La jeune pousse d’Aix-en-Provence lève 23 M€, après une première levée de 11 M€ en 2019, afin de développer une application mettant en contact ses utilisateurs avec des sociétés d’intérimaires.

Cette société de travail temporaire numérique souhaite également se développer à l’international, après un beau succès en 2021 sur notre territoire où elle a réalisé un chiffre d’affaires de 60 millions d’euros et ambitionne de dépasser les 100 millions d’euros pour 2022. Elle s’attaque désormais au continent nord-américain.

Une mention particulière

Un éclairage particulier pour la jeune pousse Eovolt, installée à Genas, dans la proche banlieue de Lyon, pour ses innovations en matière de vélos électriques compacts et surtout pliables. L’entreprise de 2017 vient de lever 16 M€ pour accroître ses parts de marché en se développant également à l’international. Si en 2019, elle n’avait vendu que 1 400 vélos, en 2021, elle annonce 10 000 unités et pour 2022, un objectif de 18 000 vélos.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Tapez votre commentaire
Entrez votre nom ici

huit − six =