Moins chers et plus écologiques : les Français sont de plus en plus nombreux à choisir les fournisseurs d’électricité alternatifs au détriment d’EDF.

Les Français n’ont pas attendu les annonces du gouvernement pour faire baisser leurs factures d’énergie. Onze ans après l’ouverture à la concurrence des marchés de l’électricité et du gaz, ils n’ont jamais été aussi nombreux à se tourner vers des fournisseurs d’électricité alternatifs comme Engie, Direct Energie ou encore Total Spring pour dépenser moins.

En juin 2018, la part de marché de ces derniers a grimpé à 20% au 30 juin 2018 selon l’Observatoire de la Commission de régulation de l’énergie. Plus signifiant encore, 64% des mises en service ont été effectuées par ces acteurs à la même date, très loin devant EDF. Le fournisseur historique a ainsi perdu plus d’un million de clients particuliers abonnés au « tarif bleu » en 2017, et ce malgré une hausse de 318 000 sites résidentiels en l’espace d’un an.

Cette augmentation tient d’abord à une meilleure information du grand public. En novembre 2018, le baromètre Energie-Info 2018 du médiateur national de l’énergie indiquait que 66% des Français avaient désormais connaissance de leurs droits en matière de choix de fournisseur d’électricité, contre 50% à la même époque l’année dernière. 62% d’entre eux ont également déclaré connaître la marche à suivre, quand 21% des Français ont affirmé avoir déjà passé le pas. Une hausse qui a surtout profité aux fournisseurs alternatifs.

Le premier bénéficiaire de cette tendance est Engie (ex-GDF Suez) qui a dépassé les 3,5 millions de clients particuliers pour ses offres électricité en 2017, et vise les 7 millions d’ici 2020. A sa suite, Direct Energie (2,1 millions de clients), racheté par le groupe Total en juillet dernier, ou encore Enercoop (70 000 clients) sont désormais rejoints par de nouveaux venus comme Cdiscount Energie (groupe Casino) ou encore Total Spring, la filiale du groupe pétrolier dédiée aux offres « vertes ».

Les Français s’engagent pour la transition énergétique

Pour autant, faire baisser leur facture n’est pas la seule raison qui motive les Français à vouloir changer de fournisseur d’électricité. Alors que la prise de conscience des impacts du réchauffement climatique progresse, ils sont aussi nombreux à affirmer vouloir se tourner vers des sources d’énergie plus écologiques. 61% des personnes interrogées par le médiateur national de l’énergie se sont ainsi dites prêtes à souscrire une offre d’électricité « verte ». Ces prédispositions sont même encore plus fortes chez les 18-34 ans, puisque 80% d’entre eux se disent intéressés par cette possibilité.

Cette tendance porte de belles perspectives de croissance pour les fournisseurs alternatifs qui se positionnent sur la transition énergétique. Deuxième producteur d’électricité derrière EDF et premier fournisseur d’électricité « verte » en France, Engie (ex-GDF Suez) est bien placé pour en tirer parti. Premier producteur d’éolien terrestre et d’énergie solaire et deuxième producteur d’hydroélectricité en France, le groupe compte aujourd’hui 60% d’énergies renouvelables dans sa production totale. Engie veut ainsi doubler le nombre de ses clients « verts » de un à deux millions d’ici fin 2018 et renforcer sa position de leader sur le marché.