Nestlé, le propriétaire de la marque Mousline cherchait depuis la fin de l’année dernière à se séparer de sa marque de purée en flocons, Mousline, commercialisée par sa filiale Maggi. C’est finalement FnB Private Equity qui a été choisi par Nestlé au détriment de Cofigeo (William Saurin, Garbit, Weight Watchers).

Même si à l’origine, c’est un Suisse qui va inventée Mousline (Julius Maggi, les fameuses soupes et bouillons), la fabrication de la « Mousline » se fera, dans un premier temps à Braine, village proche de Soissons, puis une nouvelle usine ouvrira ses portes en 1966 à Rosières-en-Santerre, en Picardie, où elle est toujours implantée.

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous

Accéder à l'ensemble des articles d'Entreprendre
Vous êtes déjà abonné ? Connectez-vous

Le succès de la recette est bien Française, pour réaliser une purée Mousline, il faut rassembler trois variétés de pomme de terre, bintje, astérix et fontane, que l’on trouve justement en Picardie.

Le processus de fabrication est resté le même depuis maintenant plus de 60 ans, avec un approvisionnement local, plus de 200 agriculteurs picards.

Qui est FnB Private Equity ?

Entreprise créée en 2017, FnB Private Equity est un fonds d’investissement français très spécialisé dans les PME de l’agroalimentaire, avec à la tête des investisseurs et des entrepreneurs, Olivier Marchand (European Business School), Valérie Lutt (ESSEC Business School). La taille du fonds est de 134,5 millions d’euros, et généralement le type d’investissement est majoritaire. Pour mémoire Fnb possède déjà un beau portefeuille, Valade, Maison Milhau, Maison Lartigue ou encore Henri Raffin.

Le fond FnB est entré depuis peu dans la phase finale du rachat en étant en négociation exclusive avec Nestlé, pour boucler le projet courant 2022.

Nestlé a insisté sur le fait que l’accord, s’il était conclu, ferait partie d’une « stratégie de croissance et de diversification pour la marque Mousline, offrant de nouvelles perspectives de développement et d’innovation ».

Il a suggéré que l’accord n’aurait pas d’impact sur les employés de l’usine de Mousline. « Conformément à la législation française en vigueur, ce projet de cession n’aura aucune conséquence sociale. De plus, le projet n’a pas vocation à remettre en cause l’approvisionnement ou les relations avec les clients, partenaires et fournisseurs », a précisé la société.

Voir Mousline entrer dans le giron d’un groupe français serait une très bonne nouvelle pour la Picardie et pour ses 150 salariés, marque qui détient, il faut le souligner plus 72% de part de marché de la purée de pomme de terre déshydratée en France…

LAISSER UN COMMENTAIRE

Tapez votre commentaire
Entrez votre nom ici

quatre × 4 =