La Chine cherche à faire des services financiers un accélérateur de la revitalisation rurale

Après le parachèvement de la construction in extenso de la société de moyenne aisance par la Chine, les régions rurales du pays entrent dans une nouvelle période de développement. Mais, la revitalisation des zones rurales reste un enjeu pour la modernisation de la Chine.

En tant qu’acteur essentiel de l’économie moderne, la finance joue un rôle important dans le processus de la revitalisation rurale. Selon Zhao Ran, chercheur à l’Académie des Sciences humaines de la province du Henan, l’introduction des services financiers dans les zones rurales aide à augmenter les revenus des agriculteurs, à réduire l’écart de revenu entre les résidents urbains et ruraux, à faciliter la construction et la gouvernance dans les zones rurales, mais aussi à promouvoir efficacement des progrès substantiels vers la prospérité commune de la société chinoise.

Les établissements financiers chinois ont tout d’abord accordé des soutiens aux financements des projets liés aux infrastructures. A titre d’exemple, un total de 13, 2 milliards de yuans ont été versés par le groupe Ping’an, dans les projets de centrales hydrauliques dans la province du Yunnan et la Région autonome Zhuang du Guangxi. Des prêts sur le moyen et le long terme sont également octroyés dans les projets à l’égard de l’amélioration du transport, de l’alimentation d’eau et de l’électricité.

Les services financiers ont parvenu à donner un nouvel élan au développement de diverses industries dans les zones rurales chinoises. Les établissements financiers ont proposé des services de prêts visant à stimuler la croissance économique en campagne. Certaines banques ont, par exemple, lancé des prêts à l’industrie de plantation de champignons. Une action qui permet de grandir l’envergue des secteurs liés aux champignons comestibles et d’augmenter les revenus de la population locale. Les soutiens se penchent également sur les investissements verts dans le but de verdir les industries dans les villages chinois et de réaliser un cercle bénigne industriel.

Actuellement, les établissements financiers qui servent les régions rurales sont principalement les banques à vocation politique (policy related bank) et les banques commerciales. Les propriétaires des fermes familiales et les agriculteurs, qui possèdent une grande affaire, ont des équipements et installations agricoles à usage d’hypothèque sur risque, ils sont plus faciles à obtenir les prêts. Tandis que les petits agriculteurs manquent souvent de gages et garanties de crédit. Les établissements financiers sont donc moins volontaires à fournir des services financiers aux petits agriculteurs, vu les risques de prêts relativement élevés.

Pour éliminer les obstacles à l’égard de l’offre de prêts aux paysans, Zhang Xiaoshan, chercheur sur le développement rural, soutient qu’il est nécessaire de renforcer le rôle des intermédiaires financiers. « Les organismes des régions rurales, tels que la coopérative et le comité du village, sont assez compétents à se faire intermédiaires dans le financement. Ces organismes pourraient assumer la notation des agriculteurs et se porter garant pour eux. Cela aiderait à atténuer les soucis des banques et à accorder ensuite des prêts aux paysans plus rapide et avec plus de rassurance », a-t-il proposé.

De plus, Zhang Xiaoshan propose que des fonds à usage de la revitalisation rurale puissent provenir de multiples sources, y compris le gouvernement, les établissements financiers, les entreprises et d’autres acteurs du marché ou associations. « Le gouvernement propose des fonds pour les projets difficiles à obtenir le financement, par exemple, les infrastructures et les installations d’irrigation ; les entreprises sont aussi en mesure d’investir dans certains projets pour favoriser le développement de la campagne ; quant aux organisations et associations non lucratives, elles sont censées collecter des fonds que le gouvernement et les entreprises ne couvrent pas ou le financement de petite somme.

« Pour que les fonds puissent mieux servir les agriculteurs et la revitalisation rurale, je crois que l’important réside dans l’approfondissement de la réforme. Il fallait encourager de multiples sources de fonds à investir dans la construction des régions rurales et optimiser la distribution des ressources, afin de faire avancer le développement des zones rurales », a souligné Zhang Xiaoshan.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Tapez votre commentaire
Entrez votre nom ici

trois × 5 =