Accueil Éco Spécial Chine La campagne de la généralisation du tri de déchets en Chine bat...

La campagne de la généralisation du tri de déchets en Chine bat son plein

Chine tri des déchets

Cette année, le système de tri des déchets a été mis à l’essai dans de nombreuses villes en Chine. Selon un avis publié par le Ministère chinois du Logement et du Développement urbain-rural, le pays envisage de démarrer le tri sélectif des déchets ménagers dans toutes les villes du pays en 2019 et de mettre en place le système de base de collecte et de traitement des déchets domestiques d’ici 2025.

Avec la mise en place progressive du tri des déchets dans les villes, le public chinois a pris davantage conscience de la protection de l’environnement.

La mise en œuvre du système de tri des déchets est un chapitre important du concept de développement vert préconisé par le parti au pouvoir en Chine. Le président chinois Xi Jinping est très préoccupé par le tri des déchets.

Il a présidé en 2016 une réunion du groupe des dirigeants financiers et économiques centraux pour étudier la mise en œuvre générale du système de tri des déchets en Chine, tout en s’informant à plusieurs reprises des travaux concernant le tri des déchets au niveau local. Il a souligné en juin dernier que la mise en œuvre du tri des déchets touchait au cadre de vie de la population et à la conservation des ressources. « C’est aussi une manifestation importante du niveau de civilisation sociale », a-t-il fait remarquer.

Le problème de la pollution de l’eau

Dans le processus de développement économique, le problème de la pollution de l’eau pose un problème au bien-être du peuple chinois. En effet, la Chine a, depuis l’antiquité, mis l’accent sur le respect de la nature. De nombreux philosophes chinois ont avancé des idées simples sur la symbiose et l’harmonie entre l’homme et la nature.

Comme l’a dit le sage chinois Laozi, il est nécessaire de suivre les lois et ses principes :  « l’homme respecte la loi de la terre, la terre respecte la loi du ciel et le ciel respecte la loi de la nature. » C’est sous l’influence de ces idées que la Chine a mis en place un système national de protection de la nature depuis les temps anciens ainsi que de nombreuses pratiques efficaces pour faire en sorte que la civilisation chinoise soit transmise aux générations successives.

Le système actuel de tri des déchets est illustratif du respect qu’accorde la nation chinoise à la nature. En prenant la ville de Beijing comme exemple, à ce jour, 224 rues de la capitale ont créé des zones de démonstration pour le tri des déchets, et leur nombre représente 60% du nombre total de rues de la ville.

Récompenses citoyennes

Les normes du tri des déchets appliquées actuellement à Beijing sont réparties en quatre catégories : déchets de cuisine, autres déchets, déchets dangereux et matières recyclables. Rendons nous à Shijingshan, un arrondissement se trouvant à l’ouest de Beijing, plus précisément dans le quartier résidentiel de Qinshanshui.

Ici, les habitants ont pris l’habitude de trier les déchets, puis les déposer au point ou site de tri où les employés chargés du tri se chargent tout d’abord de les peser. Ensuite, ils totalisent le nombre des points acquis par chaque personne et pour un kilogramme de déchets de cuisine triés, la personne peut obtenir trois points lui permettant d’échanger avec les articles utilisés au quotidien.

A Shanghai, la mise en œuvre du système de tri des déchets est plus stricte ou bien rigoureuse. Selon le règlement municipal sur la gestion des déchets ménagers, entré en vigueur le 1er juillet de cette année, les déchets ménagers sont classés en quatre catégories. Il y a les déchets secs, les déchets humides, les déchets recyclables et les déchets dangereux. D’après ce règlement, les unités et personnes qui refusent de le respecter encourent des amendes allant respectivement de 5 000 à 50000 yuans et de 50 à 200 yuans.

24 millions d’habitants à Shangaï

La Chine a une population nombreuse. Le tri des déchets est certainement une campagne de longue haleine. A Shanghai, par exemple, où la population permanente est actuellement de 24 millions, avec en plus une population flottante de 5 à 6 millions de personnes chaque jour. Ces personnes produisent 25 000 tonnes de déchets ménagers par jour. En les entassant, on peut, en deux semaines, atteindre la même hauteur que la Tour Jinmao, haute de 420 mètres. Dans une grande métropole comme Shanghai, où les prix des terrains sont très élevés, le traitement des ordures a déjà mis la ville dans l’embarras.

Grâce à l’application du tri de déchets, plus précisément à la récupération des matériaux recyclables, une tonne de déchets plastiques peut produire 600 kilogrammes de gazole, permettant ainsi de recycler les déchets et d’en réduire la quantité.

Selon M. Du Huanzheng, directeur de l’Institut d’économie circulaire de l’Université Tongji à Shanghai, la plus grande difficulté se présentant à la généralisation du tri des déchets ménagers en Chine réside dans le changement rapide des habitudes de vie des habitants. Les efforts actuels du gouvernement central et des autorités locales sont un bon début.

AUCUN COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

Tapez votre commentaire
Entrez votre nom ici

5 × cinq =