Depuis 2001, la société Idinvest s’est imposé en Europe comme le leader du private equity, accumulant les prises de participation modernes, innovantes et osées. Un succès largement lié à l’arrivée dans la société de Christophe Bavière, l’un des pionniers du capital investissement en France.

L’affaire se joue dans les années 90. Christophe Bavière, après de courts passages à la BNP et à la Caisse des Dépôts, connaît une ascension fulgurante au sein du groupe Allianz-AGF, où il occupe les fonctions de CIO d’Allianz Private Partners, puis de CEO d’Allianz Investors. C’est à ce dernier poste qu’il se familiarise avec les notions de capital investissement, qui commencent à être en vogue de l’autre côté de l’Atlantique.

Nouvelles opportunités

Alors que l’éclatement de la bulle Internet tempère un moment les ardeurs des investisseurs, le private equity attire leur attention et s’impose de plus en plus sur les marchés financiers. Christophe Bavière perçoit rapidement les nouvelles opportunités dégagées par le capital investissement et en deviendra très vite l’un des précurseurs en France.

En 2001, alors qu’il prend la tête d’Idinvest (ex AGF Private Equity et filiale du groupe Allianz-AGF), il est le premier dans l’hexagone à développer le private equity en tant que classe d’actifs distincte dans les portefeuilles diversifiés. Un choix osé qui deviendra la marque de fabrique d’Idinvest.

Accroissement de la notoriété d’Idinvest

2003 marque le premier succès médiatique d’Idinvest. La société décide d’investir dans Meetic, un site de rencontre alors inconnu du grand public mais qui deviendra le leader du marché en Europe. L’explosion du secteur des rencontres en ligne participe à l’accroissement de la notoriété d’Idinvest dans son secteur.

Son portefeuille s’élargit rapidement et contient aussi bien des grands groupes (EDF, Total, Air liquide, ou Lagardère) que des jeunes start-ups désormais cotées au Nasdaq (Talend, Criteo ou Auris). L’accumulation des succès permet à Idinvest de gagner définitivement son indépendance à l’égard du groupe Allianz-AGF.

En plus de la reconnaissance de ses pairs, Christophe Bavière a été désigné « Personnalité du capital-investissement de l’année » par Les Echos en 2007.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Tapez votre commentaire
Entrez votre nom ici