Le plus médiatique des boulangers-pâtissiers tricolores est aussi un entrepreneur averti.

Animateur de télévision (émission «Canaille+» de Canal+, «La Meilleure Boulangerie de France»…), mais surtout artisan hors pair issu de l’école Ferrandi, des cuisines de l’Arpège d’Alain Passard et du Lucas Carton d’Alain Senderens, Gontran Cherrier s’est très rapidement tourné vers la formation et la mise en place de centres de production en Russie et en Roumanie.

En 2007, le jeune Normand de 36 ans, descendant d’une famille de boulangers depuis trois générations, crée Gontran Cherrier Conseil (GCC, 126.200 € de CA) afin d’assurer une activité de consulting pour différentes marques comme Géant Vert, Splenda, Tupperware… et continuer la formation à l’étranger, en Chine et au Maroc.

 

Gontran Cherrier, une marque

Mais la marque Gontran Cherrier, ce sont aussi 2 boulangeries parisiennes, rue de Caulaincourt (XVIIIème) et rue Juliette Lamber (XVIIème), réalisant 1,5 M€ de CA, 1 autre à Saint-Germain-en-Laye… et 15 points de vente en Asie : 7 boutiques au Japon, 5 en Corée et 3 à Singapour sous licence de marque, qui représentent 80% des recettes du groupe via la perception de royalties.

«Lorsque nous avons ouvert la première boulangerie, la célébrité de Gontran nous a permis de bénéficier de nombreuses retombées presse, y compris à l’étranger. Nous avons reçu de multiples propositions à travers le monde», indique son associé, Luc Bajot, qui travaille actuellement sur des projets d’ouvertures en Australie, en Chine et à Londres.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Tapez votre commentaire
Entrez votre nom ici