Créée en Juillet 2019, la marque Fairblue Jean se démarque des productions habituelles et opte pour une transparence totale, aussi bien pour ses composants, sa matière première, qu’envers ses clients. Leur objectif : fabriquer des jeans écoresponsables à des tarifs raisonnables et c’est un pari réussi ! 

L’industrie du jean a un impact considérable sur l’environnement, selon l’Agence de l’Environnement et de la Maîtrise de l’Énergie (ADEME), la production d’un seul jean nécessite au minimum 10 000 litres d’eau. Pour avoir une meilleure vision, cela représente 285 douches… Ces 10 000 litres d’eau polluée finissent dans 70% des cas dans les rivières d’Asie du Sud (ou sont concentrées la majorité des sites de production de la planète), qui se retrouvent très lourdement polluées.

La marque vise l’excellence en bio

En 2020, moins de 5 % des jeans produits dans le monde ont été conçus de façon écoresponsable déclare le journal Libération. Flairblue fait partie de ces 5% et renouvelle la mode avec sa gamme de jeans écoresponsables. Une production localisée à 100% en Italie, favorise une importante réduction de l’empreinte carbone… contrairement à la quasi-totalité de l’industrie du jean, qui émet 1,2 milliards de tonnes de gaz à effet de serre par an, lors du transport en provenance principalement de l’Asie.

Pour respecter son cahier des charges, 100% écologique, tout en assurant une excellente qualité, l’entreprise se fournit en coton exclusivement bio ((certifié GOTS), en provenance de chez Candiani, célèbre toile italienne. Créé en 1987 à Milan, Candiani est aujourd’hui le «fabricant denim le plus vert au monde», déclare le communiqué de presse. La conception du jean perpétue cette démarche écologique. Réalisées dans les locaux italiens certifiés ZFHC (label strict visant à réduire la pollution de l’industrie de la mode), ces étapes de production sont écoresponsables. L’éthique de Fairblue Jean est aussi respectée, grâce à un assemblage en Italie, dans le respect des conditions de travail des employés, ce qui est loin d’être le cas en Asie… La démarche eco responsable est poussée très loin, avec, par exemple, une étiquette de jean, fabriquée dans une matière végane, faite à partir de maïs et d’ananas.

Elie Cohen, la révélation

Pour l’anecdote : c’est après avoir vu le documentaire River Blue, que Élie Cohen eut une révélation. Ce long métrage, qui met en évidence les catastrophes environnementales qu’émettent l’industrie du jean, a servi au fondateur pour créer sa propre marque. 

Travaillant dans le textile depuis 1985, il est, dans un premier temps agent, puis producteur en private label en Asie. C’est après avoir visionné le documentaire qu’une remise en question s’est imposée. Il a 55 ans lorsqu’il lance Flairblue Jean, qui a pour ambition de créer une marque 100% écoresponsable. 

Objectif : une collection complète 

La collection actuelle se compose d’une dizaine de modèles, pour femmes et hommes. Les jeans Fairblue sont proposés entre 100 € et 150 €, un tarif plutôt bien placé. Plusieurs coupes sont disponibles, telles que, des jeans mum, pattes d’éléphant et des slims, ainsi que plusieurs coloris et textures, noir laqué, blanc cassé, denim troué ou encore effet destroy.

Ayant atteint son premier objectif, Fairblue souhaite se diversifier, en proposant, très prochainement, une collection complète, toujours à partir du jean et se composant de vestes, de jupes, de combinaisons et même de chemises. De quoi ravir les clients de la marque déjà satisfaits des produits : «Un jean qui allie la qualité au design et surtout prend soin de l’environnement. On se sent donc à l’aise physiquement et moralement !» a déclaré Pascal, un client, sur le site officiel de la marque. 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Tapez votre commentaire
Entrez votre nom ici

quatre × trois =