Quel entrepreneur n’est pas régulièrement confronté à des challenges qu’il ne sait pas si il sera en mesure de surmonter ? A chaque fois, il doit se remettre en cause, évaluer la situation, et trouver des solutions : un employé part, un autre nuit à l’entreprise, ou les challenges arrivent du coté personnel avec les enfants qui créent des crises à l’école ou bien le couple qui explose… Il est temps alors de devenir un bon transformateur !

Car elle n’a pas amené à de grandes satisfactions ! Nous sommes le fruit de cette culture un peu primitive, où pour un rien, on prend une décision : le couple « bat de l’aile » alors « boom » : on se sépare, il y a un conflit au travail « on rentre dans un conflit ou on démissionne », ce qui est la définition de la fonction la plus primitive de notre cerveau le fameux « flight or flight » (on se bat ou on s’enfuit). Le mot décider comprend  « cide », comme homicide, fongicide ou insecticide : tuer. On élimine, virtuellement « on tue », une relation professionnelle à laquelle on met fin, une relation d’amour, des relations en général. On sépare et on crée des tensions qui nuisent à notre état général.

Le choix plus rationnel ?

Une étape plus évoluée que la prise de décision qui amène à la séparation, est le fait de faire un choix. Qui est plus réfléchi, moins réactif, moins viscéral. Cela implique les centres nerveux plus subtils et dans ce cas on arrive moins à des situations de rupture difficiles (divorces violents, prudhomme virulents… Mais il y plus souhaitable encore !

Oser se transformer !

C’est l’art de la transformation. Qui est à propos de donner une autre dimension au challenge que vous traversez. Et si la crise qui se produit était l’occasion de réajuster ce qui ne fonctionne pas ou plus. Et de l’amener vers le meilleur pour les différentes parties  à priori opposées. Je sais ce n’est pas notre culture ! Mais quelle productivité à gagner!

Si il y a crise, c’est que l’une des parties n’est pas comblée. Or à la base, dans la plupart des cas que ce soit pour un couple ou pour une relation de travail, il y avait un projet commun, un but valable pour les parties. C’est donc dans la communication, dans le développement du projet pro ou perso qu’il y a un problème !

Oser demander ce qui manque à la personne !

Ainsi au lieu de rentrer en conflit cela vous donne la possibilité de voir si cela ne serait pas valable et même souhaitable pour vous aussi de répondre à ce besoin. En changeant notre point de vue, en voyant en quoi ce besoin de l’autre me permet de répondre aussi au mien et c’est souvent le cas : tout devient possible ! Un adolescent crée des crises pour obtenir une attention alors qu’en y réfléchissant bien, cela pourrait correspondre à vos besoins de passer plus de temps avec lui, et même améliorer votre vie de famille en général, voire de couple en particulier. On peut prolonger et dynamiser les relations de travail en prenant le temps de voir en quoi votre fonction et celle de la personne en crise peuvent prendre plus de sens. Car la plupart des crises et des ruptures viennent du manque de sens.

Les gens se demandent pourquoi ils passent (perdent ?) leur précieux temps de vie dans cette relation pro ou perso ? Il faut alors retrouver ce qui est sa propre raison d’être, celle de son entreprise, et voir si il a bien satisfaction. En redonnant du sens à « pourquoi on fait des choses ensemble » on peut donner une autre dimension à notre vie familiale ou entrepreneuriale. Les crises sont là pour nous en assurer. Or il est tellement puissant d’arriver à transformer ce qui ne va plus et d’ouvrir sur de passionnants projets de développement. Chaque challenge est une invitation à évoluer !

Nicolas Proupain
Auteur de « Devenez ce que vous êtes », et « Les nouveaux droits de l’Homme »
Informations et contacts sur  www.theinnerstate.global

LAISSER UN COMMENTAIRE

Tapez votre commentaire
Entrez votre nom ici