Emmanuel Carli, directeur général d'EPITECH

Alors que la transformation digitale est amorcée dans de nombreux secteurs d’activités (foodtech, fintech, legaltech, medtech…), le monde d’aujourd’hui est en continuelle évolution et doit se repenser en société réellement numérique. Dans ce contexte, Epitech Digital invente une nouvelle approche permettant d’appréhender les métiers de demain en créant l’école de la transformation digitale.

Selon une étude conduite par le Boston Consulting Group (Medef, juin 2019), il manquera 200 000 « talents » digitaux à l’horizon de 2022. Rien qu’aujourd’hui, il manque près de 80 000 personnes chaque année en France dans le secteur du digital pour répondre aux besoins.

Alors que 85 % des métiers de 2030 n’existent pas encore et que 72 % des usages actuels n’existaient pas hier, l’enjeu consiste donc à former les acteurs de la société numérique de demain, qui sauront créer le lien, organiser, communiquer, anticiper, dynamiser les échanges et transformer la société.

L’offre de formation digitale doit se réinventer

Les écoles du digital offrent aujourd’hui des programmes qui se limitent pour une large part au Web, au marketing, à la communication et au « growth hacking ». 

Pourtant, si l’on se réfère aux définitions de l’Académie des Sciences, l’informatique est la science du traitement de l’information, tandis que le digital est l’utilisation de toutes ces technologies dans un grand nombre de domaines (photographie, musique, finance, etc).

« Ces écoles du digital nous semblaient trop axées sur le champ du Web, précise Emmanuel Carli, Directeur d’Epitech. Nous avons souhaité proposer une approche beaucoup plus large et profonde de nature à assurer un lien nécessaire entre le business et la technologie. »

De l’importance de la science informatique

La confusion entre l’informatique et le digital participe à entretenir un clivage entre l’univers du business et celui de la technologie. On ne parle désormais plus aujourd’hui que du digital et nombreux sont ceux qui déclarent la fin de l’informatique en encourageant à se focaliser sur le digital. Cette lecture erronée de la situation témoigne d’une mauvaise compréhension du secteur car sans informatique, le digital ne peut être.

Le retard de la France en matière de technologie informatique ne résulte-t-elle pas précisément d’une mauvaise appréhension de la problématique actuelle ?

« À force de nous concentrer systématiquement sur l’usage, explique Emmanuel Carli, nous finirons par ne plus avoir le moteur et le carburant indispensables. Nous devons continuer d’investir très fortement dans tout ce qui relève de la science informatique. Nous souhaitons redonner toute sa place à l’informatique et proposer une véritable offre sur le digital ».

Dépasser le clivage entre le business et la technologie

En France, les univers du business et de la technologie sont séparés de longue date par une frontière étanche. Forte de ce constat, Epitech, école qui incarne le futur de l’informatique et le meilleur de l’innovation en France depuis plus de 20 ans, a créé Epitech Digital dont l’objectif est de former à ces métiers si convoités par les entreprises, qui conjuguent expertises business et informatiques.

Mener un projet à bien présuppose de connaître et de comprendre l’ensemble de la chaîne de valeur. Epitech Digital s’inspire de l’approche pluridisciplinaire d’Epitech afin de l’appliquer à de nouveaux métiers de l’industrie numérique.

Epitech Digital a pour vocation de former les leaders de la transformation digitale, capables de réconcilier les métiers et l’informatique pour créer des outils, et des services digitaux répondant aux usages des utilisateurs et aux enjeux des entreprises.

La maîtrise simultanée d’un socle technologique alliée à des compétences en business, en marketing et en communication explique la réussite des marques, des start-up à succès et des grands projets d’entreprises.

Développer une conscience de l’organisation de l’entreprise

Pour ajuster son cursus aux besoins des entreprises, les responsables d’Epitech sont revenus aux origines de la définition de l’entreprise. « Nous nous sommes interrogés sur l’essence d’une organisation pour traiter ce sujet de manière intemporelle à travers le prisme des différentes populations qui composent l’entreprise » ajoute Emmanuel Carli.

L’entreprise est constituée de trois ensembles. Le premier d’entre eux est composé de personnes qui produisent de la valeur au travers d’une compétence métier. Elles ont donc besoin d’outils digitaux spécifiques en fonction de leur métier et des problématiques associées. Ici, la digitalisation des métiers constitue un véritable sujet, mais pas seulement à ce niveau de l’entreprise.

Seconde population essentielle dans l’organisation de l’entreprise, celle qui communique, vend et construit la marque. « Ces ressources, plutôt orientées business et marketing, ont besoin de technologies digitales différentes de celles des ressources métiers » conclut-il.

Le troisième groupe se compose de personnes endossant des fonctions transverses (finance, RH, secrétariat général, comptabilité) qui créent le contexte global pour que l’entreprise puisse fonctionner. Ces ressources requièrent des technologies digitales encore différentes des deux autres ensembles.

« Si nous souhaitons aborder le sujet de la transformation digitale, avoir un vrai impact, et permettre à l’entreprise de se transformer, détaille le directeur d’Epitech, nous devons former des profils qui ont une conscience de l’organisation de l’entreprise et qui connaissent par ailleurs les outils susceptibles d’être déployés dans les différents contextes. » L’objectif des responsables d’Epitech Digital est donc de donner aux étudiants la maîtrise de l’outil informatique dans le contexte spécifique d’un métier.

L’informatique et le digital comme carburants de la transformation des sociétés

La compréhension des enjeux des différents métiers, des différents secteurs d’activité (transport, santé, luxe, finance…), et des technologies associées conditionnent la transformation de l’entreprise. Dans ce contexte, Epitech Digital a pour vocation de former des profils d’experts du digital qui à la fois maîtriseront les composantes business d’une entreprise, et seront intéressés par les usages, par le métier et ses enjeux, et en lien avec la technologie afin de permettre à l’entreprise de se transformer. « Nous serons l’école du « et » en nous positionnant simultanément sur les problématiques business et sur les problématiques technologiques. »

L’exemple des directions financières

Dans les entreprises, les directeurs administratif et financier (DAF), par exemple, souhaitent digitaliser la facturation, et ont besoin de profils maîtrisant à la fois la technologie et la finance afin de conduire des projets de ce type. Leurs exigences métier se trouvent souvent confrontées à des difficultés au moment de l’implémentation concrète et des choix technologiques. D’un côté, les informaticiens souhaitent conduire le projet technologique à leur façon et, de l’autre, les métiers attendent une efficacité opérationnelle ou dans l’usage qui n’est pas toujours au rendez-vous. « Aujourd’hui, nous apportons une réponse concrète à cette problématique, se réjouit Emmanuel Carli. Nous allons créer des passerelles et développer des synergies entre Epitech IT, qui peut se prévaloir d’une expertise informatique reconnue depuis plus de vingt ans, et Epitech Digital. Notre ambition : rendre possible la convergence business et technologie et permettre aux entreprises de bénéficier du meilleur des deux mondes ».

LAISSER UN COMMENTAIRE

Tapez votre commentaire
Entrez votre nom ici